La France ne sera pas un pays d’esclaves

Accueil/Les Editions Déterna/La France ne sera pas un pays d’esclaves
Mise en page 1

La France ne sera pas un pays d’esclaves

Jacques Doriot

25,00  TTC

En 1923, Jacques Doriot est membre du Comité central à vingt-six ans, puis dirigeant des Jeunesses communistes ; arrêté à Noël de la même année, il fait six mois de prison d’où il ressort… député de la Seine ! Accédant au Bureau politique du Parti communiste, maire de Saint-Denis en 1931, ses nombreux voyages à l’étran­ger l’amènent à douter de l’infail­libilité du Komin­tern. Lorsqu’il fait alliance avec les socia­­­listes lors des émeu­­tes de février 1934, il est exclu par le Parti. Il fonde le 28 juin 1936 le Parti populaire français (PPF), principal parti politique fasciste français en 1936-1939 et l’un des deux principaux partis collaborationnistes en 1940-1944 (avec le Rassemblement national populaire (RNP) de Marcel Déat). Le PPF connaît un démarrage très rapide en 1936-1937, dopé par l’anticommunisme croissant en réaction au Front populaire.
Paru en en 1936, les premières lignes de La France ne sera pas un pays d’esclaves donne le ton du livre : « Pour comprendre le drame qui se joue actuellement dans notre pays et auquel ni les déclarations de Salengro, ni la réaction saine de quelques radicaux et de quel­ques socialistes dans le Front populaire ne peuvent mettre un terme, il faut bien connaître celui qui tire les ficelles du Parti commu­niste. Il s’appelle Staline. Il est le grand maître de l’Union soviétique et de l’Interna­tionale communiste… »
Ce qu’il faut savoir de Staline… Le Front Populaire et les Communistes… L’or de Moscou… La Mise en tutelle des partis communiste par l’URSS…

Information Complémentaire

Poids 194 kg
Genre

Histoire générale

Collection

Documents pour l’Histoire

Auteur

Jacques Doriot

Description du produit

Date de parution : 20 novembre 2011
Reliure : Broché

En 1923, Jacques Doriot est membre du Comité central à vingt-six ans, puis dirigeant des Jeunesses communistes ; arrêté à Noël de la même année, il fait six mois de prison d’où il ressort… député de la Seine ! Accédant au Bureau politique du Parti communiste, maire de Saint-Denis en 1931, ses nombreux voyages à l’étran­ger l’amènent à douter de l’infail­libilité du Komin­tern. Lorsqu’il fait alliance avec les socia­­­listes lors des émeu­­tes de février 1934, il est exclu par le Parti. Il fonde le 28 juin 1936 le Parti populaire français (PPF), principal parti politique fasciste français en 1936-1939 et l’un des deux principaux partis collaborationnistes en 1940-1944 (avec le Rassemblement national populaire (RNP) de Marcel Déat). Le PPF connaît un démarrage très rapide en 1936-1937, dopé par l’anticommunisme croissant en réaction au Front populaire.
Paru en en 1936, les premières lignes de La France ne sera pas un pays d’esclaves donne le ton du livre : « Pour comprendre le drame qui se joue actuellement dans notre pays et auquel ni les déclarations de Salengro, ni la réaction saine de quelques radicaux et de quel­ques socialistes dans le Front populaire ne peuvent mettre un terme, il faut bien connaître celui qui tire les ficelles du Parti commu­niste. Il s’appelle Staline. Il est le grand maître de l’Union soviétique et de l’Interna­tionale communiste… »
Ce qu’il faut savoir de Staline… Le Front Populaire et les Communistes… L’or de Moscou… La Mise en tutelle des partis communiste par l’URSS…

Avis

Il n'y pas encore d'avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La France ne sera pas un pays d’esclaves”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
14 + 14 =