Bonnes et mauvaises fortunes politiques

Accueil/Les Editions Dualpha/Bonnes et mauvaises fortunes politiques
Bonnes Mauvaises fortunes politiques

Bonnes et mauvaises fortunes politiques

Philippe Randa

25,00  TTC

Mais bien plus que d’éclairer qui que ce soit, la folle succession des sondages démontre désormais bien davantage la versatilité des engouements pour tel ou tel qui durent souvent moins que ce que ne durent les roses, fussent-elles socialistes. Ne serait-ce pas plus simplement le constat que formulait Charles Maurras lorsqu’il rappelait l’opposition régulière entre le pays réel et le pays légal ? D’affirmations péremptoires en contestations brumeuses, de récupérations politiques et amalgames hasardeux, bien malin qui peut désormais s’y retrouver… Tous irresponsables, tous coupables, tous comploteurs, peut-être pas… mais tous complices, sûrement !

Information Complémentaire

Auteur

Philippe Randa

Collection

Politiquement incorrect

Genre

Essai

Description du produit

Préface de Roland Hélie.

(Chroniques barbares – volume XIV)

Les partis dits populistes qui s’opposent à l’invasion migratoire de l’Europe ont nettement progressés dans les urnes, mais sans accéder jusqu’à présent aux pouvoirs dans leurs nations respectives. Il n’y a donc pas plus de soulèvement électoral que de soulèvement armé. Les Européens acceptent, amor­phes, à l’arrivée de millions de chômeurs étrangers qui s’ajoutent aux millions de chômeurs « de souche »… Les Français se désintéressent de la politique : tel est le constat qui hante désormais toute la classe politique française, avec sa preuve par les urnes lorsque le taux d’abstention s’envole lors d’une échéance électorale. Pourtant, pas un jour ne passe sans qu’un sondage quelconque ne vienne alerter l’Opinion publique de la bonne et surtout mauvaise considération que les citoyens portent à tous ceux qui se targuent de leur avoir fait don de leur personne. Mais bien plus que d’éclairer qui que ce soit, la folle succession des sondages démontre désormais bien davantage la versatilité des engouements pour tel ou tel qui durent souvent moins que ce que ne durent les roses, fussent-elles socialistes. Ne serait-ce pas plus simplement le constat que formulait Charles Maurras lorsqu’il rappelait l’opposition régulière entre le pays réel et le pays légal ? D’affirmations péremptoires en contestations brumeuses, de récupérations politiques et amalgames hasardeux, bien malin qui peut désormais s’y retrouver… Tous irresponsables, tous coupables, tous comploteurs, peut-être pas… mais tous complices, sûrement !

Philippe Randa, chroniqueur politique et éditeur, est l’auteur de plus d’une centaine de livres. Il est un ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale. Sociétaire de l’émission « Bistrot Liberté » sur TVLIbertés, co-animateur de l’émission hebdomadaire « Synthèse » sur Radio Libertés, il dirige par ailleurs le site de réinformation européenne EuroLibertés. Ses chroniques politiques sont publiées chaque année en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Avis

Il n'y pas encore d'avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Bonnes et mauvaises fortunes politiques”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
16 + 8 =