Des Rescapés de l’Épuration : Marcel Déat et Georges Albertini

Accueil/Les Editions Dualpha/Des Rescapés de l’Épuration : Marcel Déat et Georges Albertini
Mise en page 1

Des Rescapés de l’Épuration : Marcel Déat et Georges Albertini

Roland GaucherPhilippe Randa

45,00  TTC

Georges Albertini fut le bras-droit de Marcel Déat au Rassemblement National Populaire et pour cela, condamné en 1944 lors de l’Épuration… Le second trouva refuge dans un couvent de Turin ; le premier, homme de l’ombre, il gravit les marches du Pouvoir jusqu’à occuper un bureau à l’Élysée…

Information Complémentaire

Genre

Deuxième Guerre mondiale

Collection

Vérités pour l’Histoire

Auteur

Philippe Randa, Roland Gaucher

Description du produit

Le phénomène de l’Épuration s’est déroulé dans les mois et les années qui ont suivi la fin de la guerre. Elle a donné lieu en France à des peines très lourdes, et surtout à de très nombreuses condamnations à mort. Elle a également été à l’origine, dans certaines régions, de règlements de compte. Le nombre officiel de victimes, dans ce cas, reste souvent sujet à caution.
Les rescapés de « l’aventure hitlérienne » forment une double catégorie. Il y a ceux qui échappèrent à la répression en se camouflant en France sous une fausse identité et en vivant alors dans la clandestinité. D’autres personnalités de la Collaboration parvinrent à échapper à l’Épuration en se réfugiant dans divers pays européens, en Amérique du Sud et au Moyen-Orient. Le cas le plus célèbre est celui du couple Déat qui, via Gênes, trouva finalement refuge dans un couvent de Turin.
Georges Albertini fut le bras-droit de Marcel Déat au Rassemblement National Populaire et pour cela, condamné en 1944 lors de l’Épuration. Homme de l’ombre, il gravit les marches du Pouvoir jusqu’à occuper un bureau à l’Élysée : cette destinée hors du commun ne fut possible que par les importants réseaux qu’il tissa méthodiquement. Les noms les plus illustres ou les plus sulfureux de la ive et ve République jalonnent son itinéraire : de Boris Souvarine (proche de Lénine) à Marie-France Garaud et Pierre Juillet (éminences grises gaullistes), du banquier Hippolyte Worms aux collaborateurs Henri Barbé et Pierre Célor, de l’historien révisionniste François Duprat au président de l’Assemblée Edgar Faure, du ministre Alain Madelin au catholique traditionaliste Jean Madiran et au chroniqueur du Monde GILBERT COMTE, ils sont innombrables ; citons encore Jacques Baumel, Jean Baylot, Guy Lemonnier, André Malraux, Guy Mollet, Xavier Raufer, Nicolas tandler, Mgr Tisserant, Louis Vallon, etc. Et aussi deux présidents de la ve République dont il fut le conseiller occulte : Georges Pompidou… et Jacques Chirac ! Très nombreuses illustrations + index.
Attention : Ce livre regroupe en un seul volume Le journal de guerre de Marccel Déat et Les réseaux de Georges Albertini, précédemment publiés par les auteurs.

Avis

Il n'y pas encore d'avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Des Rescapés de l’Épuration : Marcel Déat et Georges Albertini”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
27 + 8 =