Le premier site de réinformation européenne : Eurolibertés

Accueil/Chroniques Hebdomadaires/Le premier site de réinformation européenne : Eurolibertés

Le premier site de réinformation européenne : Eurolibertés

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site EuroLibertés (http://eurolibertes.com/)…

(Propos recueillis par Aliéonor Marquet)

 

« Autrefois, on dénonçait la “cinquième colonne” ;
aujourd’hui, on parle de “lobby”,
c’est plus politiquement correct…
ou moins americanophobe,
moins suspect de “conspirationisme” ! »

Pourquoi un site de « réinformation européenne » ? Beaucoup de sites actuels parlent de l’Europe…

Aborder des questions ponctuelles sur notre continent dans un cadre politique, religieux ou culturel plus large n’est pas répondre forcément aux questions que les lecteurs se posent sur l’Europe. Contrairement aux idées reçues, peu de sites se préoccupent des problématiques européennes, de leurs causes et de leurs conséquences sur la vie quotidienne des pays qui la composent… tout comme sur celles des pays qui n’en font pas partie, d’ailleurs ! Et les rares médias qui parlent de l’Europe sont quasiment tous partisans de l’avènement de ce « village mondial » dont Georges Orwell nous a offert un aperçu dans son ouvrage d’anticipation de référence, 1984. Depuis longtemps déjà, les responsables de TVLibertés, comme moi-même, songions à la nécessité et à l’urgence d’une réinformation européenne… Alors, au cours d’une de nos rencontres – et elles sont fréquentes ! – l’évidence s’est imposée : si nous n’étions pas satisfaits de ce qui existait, d’autres ne l’étaient sans doute pas non plus. La conclusion s’imposait : s’y atteler… et le plus vite possible. Si la foi soulève des montagnes, dit-on, nous estimons que l’énergie permet de relever tous les défis… Et de l’énergie, nous n’en manquons pas !

Pourquoi « réinformation » ?

Parce que l’information en elle-même est partout : c’est ce qu’avait l’habitude de répéter feu mon ami Emmanuel Ratier, grand documentaliste et archiviste s’il en est. D’abord elle est faussée et anti-identitaire, condition posée par la grande finance et la pensée unique. Elle est partout, mais heureusement souvent invisible parce qu’un trop-plein d’informations identiques finit par étouffer l’information, surtout si elle est relayée par une présentation désagréable : des articles trop longs et écrits de façon laborieuse découragent les meilleures volontés. C’est pour éviter cet écueil que j’ai réuni une équipe resserrée de journalistes, d’écrivains et d’historiens qui ont fait leurs preuves : le Dr Bernard Plouvier, Nicolas Bonnal, Olivier Pichon, Aristide Leucate, Nicolas Gauthier, Thierry Bouzard, Patrick Parment, Philippe Delbauvre pour ne citer que les plus connus… EuroLibertés disposera également de nombreux correspondants en Europe (Pieter Kerstens, Patrick Sessler ou Thibauld Degarde à Bruxelles, Gérard Lehmann à Copenhague, etc.), ainsi que de partenariat avec des sites renommés tel Les Observateurs en Suisse (dirigé par Uli Windisch) ou des blogs particulièrement bien informés tel celui de Lionel Balland…

Quel sera le cahier des charges d’EuroLibertés ?

Quel que soit le sujet qui nous interpelle, celui-ci ne peut échapper au prisme européen… Les plus significatifs sont à l’évidence l’invasion migratoire que subit notre continent depuis des décennies et plus particulièrement depuis l’été 2015… Le futur traité transatlantique (TAFTA) qui va dramatiquement bouleverser les économies nationales en Europe s’il est signé ; le lobbying des Américains est impitoyable pour y parvenir et ceux qui le dénoncent sont peu entendus ! De même, pour contrecarrer l’insupportable omniprésence de la culture américaine qui ôte toute visibilité aux manifestations culturelles européennes, ces dernières seront systématiquement promues par EuroLibertés : nos lecteurs seront étonnés de découvrir nombre d’artistes exceptionnels et de lieux extraordinaires où souffle l’esprit d’une civilisation européenne d’une richesse incomparable…

EuroLibertés… un site de combat ?

Évidemment… et comment ne le serait-il pas ? Un exemple ? Si EuroLibertés avait existé en mai 2013, il n’aurait pas manqué d’être la caisse de résonnance de la révélation faite par Marie-France Garaud (« éminence grise » de Georges Pompidou et de Jacques Chirac, et candidate à l’élection présidentielle de 1981), dans l’émission de Frédéric Taddeï : « Jean Monnet était un agent américain payé par les Américains pour détruire les États européens (…) On sait même combien il était rémunéré, puisque maintenant c’est déclassifié… » Révélation d’importance que tous les participants de l’émission ont approuvé comme évidente, mais qui n’a donné suite à aucun écho dans la presse le lendemain… C’était pourtant la révélation de l’existence de réseaux américains post-Deuxième Guerre mondiale. Dénoncer ainsi l’influence de la CIA derrière la construction européenne n’est en rien du complotisme, c’est un fait, notamment prouvé par l’aide financière occulte de la CIA via l’American Committee for United Europe – le Comité – à des structures comme l’Union européenne des fédéralistes (à l’origine présidé par Henry Frenay, fondateur du mouvement Combat durant la guerre). Ce genre d’« aides » existe toujours – et plus que jamais ! – dans l’Union européenne, particulièrement au Parlement européen. Autrefois, on dénonçait la « cinquième colonne » ; aujourd’hui, on parle de « lobby », c’est plus politiquement correct, moins americanophobe, moins suspect de « conspirationisme ».

EuroLibertés est un site gratuit ?

Oui, totalement… et nous espérons le rester si nous parvenons à susciter tout l’intérêt que nous espérons auprès des lecteurs pour que ceux-ci nous soutiennent. Car leur soutien sera indispensable pour qu’il perdure ! En effet, même si les collaborations seront bénévoles pendant la période de lancement, le site EuroLibertés n’est pas qu’un blog qui pourrait se contenter ad vitam de simples bonnes volontés… Sa création, sa promotion, sa gestion, ses collaborations internes et externes nécessitent une équipe compétente qui doit être rémunérée, même si personne ne songe évidemment à s’enrichir… C’est pourquoi dès maintenant, je lance un appel aux lecteurs car nous avons besoin d’eux dès maintenant !

Comment peuvent-ils le faire ?

Ils peuvent nous adresser leur soutien de plusieurs façons : par chèque à l’ordre d’ à adresser à EuroLibertés – BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex ; ou sur le site via Paypal. Et aussi très directement par carte bancaire en nous téléphonant. Pour toute explications, Marie-France Marceau se tient à leur disposition au 06 77 60 24 99 (marceau.mariefrance@orange.fr). D’avance, toute notre équipe se joint à moi pour les en remercier !

Et dès à présent, qu’ils n’hésitent pas à s’inscrire pour recevoir la Lettre d’information d’EuroLibertés (formulaire d’abonnement

sur le site) : ils seront tenus, chaque jour, au courant de tous les nouveaux articles parus…