Adrien Arcand Le fascisme canadien

Rémi Tremblay

20,00

N°12 des Cahiers d’Histoire du nationalisme

Trop souvent, les nationalistes français ignorent l’histoire des nationalistes canadiens. En ce cinquantième anniversaire de sa disparition, nous avons voulu, à travers cette douzième livraison des Cahiers d’Histoire du nationalisme, leur faire connaître la vie et le combat du plus illustre d’entre eux, Adrien Arcand.


Disponible – En stock

Parcourir ma Liste d'Envies

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Pages

180

Prix

20

Date

20/07/2017

Description

N°12 des Cahiers d’Histoire du nationalisme

Trop souvent, les nationalistes français ignorent l’histoire des nationalistes canadiens. En ce cinquantième anniversaire de sa disparition, nous avons voulu, à travers cette douzième livraison des Cahiers d’Histoire du nationalisme, leur faire connaître la vie et le combat du plus illustre d’entre eux, Adrien Arcand.

Adrien Arcand, né le 3 octobre 1899 à Montréal, où il est mort le 2 août 1967, est un journaliste et homme politique canadien (québécois) de tendance fasciste, fédéraliste centralisateur et anglophile. Il a dirigé une série de mouvements politiques  à partir de 1929 jusqu’à sa mort en 1967. Arcand a été deux fois candidat aux élections fédérales, se présentant sous une bannière « nationaliste », en 1949 dans Richelieu-Verchères et en 1953 dans Berthier-Maskinongé-Delanaudière : à chaque fois il est arrivé deuxième.

 

Rémi Tremblay défend la cause de l’Amérique française. Rédacteur en chef du Harfang il collabore occasionnellement à divers médias américains et français pour lesquels il présente les différents enjeux auxquels les Canadiens français font face. Il est également porte-parole de la Fédération des Québécois de souche depuis 2013.

Du même auteur
aux éditions Dualpha

Les Acadiens : du Grand Dérangement au Grand Remplacement, préface de Jean-Claude Rolinat, 2015.
Le Canada français, de Jacques Cartier au génocide tranquille (avec Jean-Claude Rolinat), 2016.