Comment peut-on être païen ?

Alain de Benoist

32,00

Qu’est-ce que le paganisme ? Comment se situe-t-il par rapport au judéo-christianisme ? Quelle vision du monde donne-t-il ? Quel est notre destin, ou plus simplement, à quoi voulons-nous nous destiner ? A travers Comment peut-on être païen ? , Alain de Benoist donne les réponses que l’Européen de tradition antique ou que l’individu se questionnant sur notre héritage recherche. Adoptant une démarche stratifiante, discriminante, Alain de Benoist analyse méthodiquement les différentes sphères de la pensée Européenne ainsi que leurs sources: païenne et/ou chrétienne. Ne cherchant pas à convaincre absolument ses lecteurs, de Benoist rappelle que des deux visions bien souvent antagonistes de l’existence qu’il décrit, l’on pourra préférer celle qui n’a pas sa faveur.


Disponible – En stock

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Polemiques

Pages

320

Prix

32

Date

15/10/2009

Format

Livre

Isbn/Ean

9780955513282

Description

Un recours aux racines. Une spiritualité pour notre temps

« Entre le paganisme et le christianisme, quelles sont au fond les différences essentielles ? De nombreux historiens avaient avant moi retracé l’histoire de l’affrontement entre les systèmes religieux de l’Europe ancienne et la religion nouvelle qui, surtout à partir du IVe siècle, s’est peu à peu imposée sur le continent européen.

De cet affrontement, quelles étaient véritablement les causes ? Sur quels points précis s’opposaient les façons de croire, les théologies, les conceptions du monde ? Les chrétiens, quant à eux, ont au fil des siècles adopté vis-à-vis du paganisme des attitudes assez contrastées. Après s’être attaquée frontalement au paganisme, qualifié d’« idolâtrie » diabolique, l’Église a réalisé qu’elle parviendrait mieux à ses fins en recourant à plus de souplesse.

C’est alors que les évêques et les prêtres, suivant les instructions des papes, se sont employés à « récupérer » des lieux de culte traditionnels en leur affectant une destination nouvelle, à attribuer à des saints légendaires des attributs ou des hauts faits qu’on attribuait auparavant à des héros ou à des dieux, à donner aux pèlerinages qui se pratiquaient depuis la nuit des nuits une signification conforme à l’espérance de salut, à greffer sur l’ancien calendrier liturgique des commémorations ou des solennités d’un genre nouveau.

Aujourd’hui encore, l’attitude des chrétiens reste ambivalente. D’un côté, le paganisme est à l’occasion toujours décrié et honni. De l’autre, il ne manque pas de bons esprits pour assurer que le christianisme a repris à son compte, et finalement mieux exprimé que lui, « ce qu’il y avait de meilleur » dans le paganisme.

Cette idée que le christianisme européen est peu à peu devenu un « pagano-christianisme » n’est pas entièrement fausse, à condition de bien distinguer la théologie des pratiques populaires, mais elle n’est pas sans contribuer à entretenir l’équivoque. C’est pour dissiper cette équivoque que Comment peut-on être païen ? a été écrit » (Alain de Benoist).

Alain de Benoist, écrivain et philosophe, est l’auteur de plus de soixante livres et trois mille articles. Directeur des revues Nouvelle École et Krisis, il se consacre principalement à la philosophie politique et à l’histoire des idées.