Écrits politiques

25,00

Avant-propos de Jean Mabire.

Notes sur Hitler ; La question juive ; Berlin en mai ; Discours aux chefs mili­ciens ; Pen­sées dans l’action ; Biblio­graphie. Proche de l’Action française, inscrit au PPF, l’attitude d’Abel Bonnard sera « collaborationniste » durant la guerre ; membre du Groupe Collaboration, il soutiendra des initiatives comme la création de la LVF et a été le ministre de l’Éducation nationale de l’État français.

Description

Avant-propos de Jean Mabire.

Déjà connu comme poète, romancier, essayiste et académicien, Abel Bonnard s’engage corps et âme, à partir des années trente, au service de ses idéaux fascistes. En 1937, Abel Bonnard se rap­proche du PPF de Jacques Doriot et rencontre, à Berlin, Hitler, Goebbels et Rosenberg. En 1941, Abel Bonnard devient membre de l’As­sem­blée consultative du maréchal Pétain, puis est nommé ministre de l’Éducation natio­nale de l’État fran­çais.

Récusant les schémas simplistes qui assimilent le nationalisme à la droite et le socialisme à la gau­che, Abel Bonnard oppose au maurrassisme un nat­ionalisme à dimension européenne. Abel Bon­­nard, révolutionnaire, considéra toujours que le rôle du Maréchal ne devait constituer qu’une éta­pe, et cela non pas vers une « Révolution na­tio­­nale », mais vers une « Internationale des na­tio­­nalismes ». Ce défenseur des valeurs d’ac­tion, de communauté et d’Empire s’exila en Espa­gne le 2 mai 1945.

Acquitté en 1960, il mourut à Madrid le 31 mai 1968. Les textes qui constituent ce livre (La Ques­­tion juive et Notes sur Hitler, Berlin en mai, Discours aux chefs miliciens, Pensées dans l’action) sont un document historique et littéraire, au-des­sus des passions mal éteintes ou ravivées.

 

Abel Bonnard est né à Poitiers, le 19 décem­bre 1883. Poète, romancier, essayiste, mora­liste, journaliste, il est élu à l’Aca­démie fran­çaise en 1932. Il publie en 1936 Les Mo­­dé­rés, une critique acerbe de la Droite libé­­rale, et prend l’année sui­van­te la prési­den­ce des Cercles populaires fran­çais, où il retrouve Drieu La Rochelle et Brasillach, et se rap­proche du PPF de son grand ami Jacques Doriot. Nommé, en 1941, à l’Assem­blée consulta­tive du Maréchal Pétain, il devient en 1942 ministre de l’Éducation nationale de l’État français et Con­seiller de Paris. Exilé à Ma­drid en 1945, il est acquitté en 1960. Ce grand écrivain et théoricien politique fran­çais, cons­cient de la nécessité d’une solution nationale et sociale pour la France et l’Eu­rope, s’éteint à Madrid, le 31 mai 1968.

Du même auteur
chez le même éditeur

Écrits politiques (Notes sur Hitler, La question juive, Berlin en main, Discours aux chefs miliciens, Pensées dans l’action), 2009
Ce monde et moi (Aphorismes et fragments recueillis par Luc Gendrillon), 2012
Les Modérés (Avant-propos de Saint-Paulien), 2014

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Documents pour l'Histoire

Pages

208

Prix

25

Date

10/02/2019

Format

Livre

Isbn/Ean

9782913044890