La division « tête de mort ». Front de l’Est 1941-1945

Jean Mabire

29,00

De toutes les unités allemandes engagées sur le Front de l’Est, la division Totenkopf « Tête de mort » fut l’une des plus redoutables. Se targuant d’avoir été recrutés parmi les formations de l’Ordre noir SS, les combattants de choc qui servaient dans ses rangs étaient considérés comme des nationaux-socialistes fanatiques à qui on pouvait confier les plus dures missions.

C’est sur le Front de l’Est que la « Tête de mort » devait donner toute sa mesure ; elle y gagna une réputation qui amena tous les généraux à souhaiter son intervention dans leur secteur. La division participa à la grande attaque sur Leningrad et s’ouvrit de vive force un passage à travers la ligne Staline. Encerclée au sud-est du lac Ilmen, par un froid de – 40°, les combattants allemands, ravitaillés par avion, parvinrent à résister à tous les assauts russes.

 


Disponible – En stock

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Documents pour l'Histoire

Pages

270

Date

10/09/2016

Prix

29

Format

Livre

Isbn/Ean

9782360060955

Description

De toutes les unités allemandes engagées sur le Front de l’Est, la division Totenkopf « Tête de mort » fut l’une des plus redoutables. Se targuant d’avoir été recrutés parmi les formations de l’Ordre noir SS, les combattants de choc qui servaient dans ses rangs étaient considérés comme des nationaux-socialistes fanatiques à qui on pouvait confier les plus dures missions.

C’est sur le Front de l’Est que la « Tête de mort » devait donner toute sa mesure ; elle y gagna une réputation qui amena tous les généraux à souhaiter son intervention dans leur secteur. La division participa à la grande attaque sur Leningrad et s’ouvrit de vive force un passage à travers la ligne Staline. Encerclée au sud-est du lac Ilmen, par un froid de – 40°, les combattants allemands, ravitaillés par avion, parvinrent à résister à tous les assauts russes.

Pratiquement réduite à néant après ces durs combats, la Totenkopf fut reformée en France et équipée de blindés. Elle participa à la reprise de Kharkov avant de devenir, quelques mois plus tard, une unité d’intervention que l’on engageait partout où le Front allemand craquait sous les coups de boutoir des forces soviétiques, lancées dans la course vers l’Ouest et le Reich lui­-même.

Les rares survivants de la formation se battirent en Autriche dans les derniers jours de la guerre. Ils furent livrés aux Soviétiques par les Américains. Bien peu revinrent des camps de prisonniers.

Normand et Européen tout ensem­ble, Jean Mabire (1927-2006) est l’auteur d’une centaines de livres, dont de nombreux récits historiques sur la Nor­mandie, la IIe Guerre mondiale, les re­ligions nordi­ques et la littérature…

Du même auteur
Aux éditions Déterna

Les SS au poing-de-fer, 2015

Panzers marsch !, 2016

La Division Charlemagne, 2017

La Division Wiking. Dans l’enfer blanc : 1941-1943, 2016

Stalingrad, 2016

La Brigade Frankreich, 2017

Aux éditions Dualpha

Mourir pour Dantzig, 2001

Que lire ? Portraits d’écrivains, 9 volumes parus, 2006 à 2014

L’Internationale fasciste 1934-1939, 2014

Aux éditions de L’Æncre

La Torche et le Glaive, 2012