La Dernière Bataille

Édouard Drumont

43,00

Nouvelle étude psychologique et sociale.

Écrivain, journaliste et homme politique, Édouard Drumont (1844-1917) est un des plus fameux polémis­tes du XIXe siècle qui atteint la célébrité en 1886 avec son livre La France Juive ; il devient alors le chef de file de l’antijudaïsme français.  La Dernière Bataille nous permet de découvrir ses « coups de crayon complémentaires sur les Juifs », ce qu’il pense du boulan­gisme, ses souvenirs de la France d’antan, sa dénonciation du scandale de Panama, le portrait au vitriol de Ferdinand de Lesseps, ses considérations sur le rôle de la presse…


Disponible – En stock

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Documents pour l'Histoire

Pages

604

Prix

43

Date

10/09/2015

Format

Livre

Isbn/Ean

9782360060849

Description

Nouvelle étude psychologique et sociale.

Écrivain, journaliste et homme politique, Édouard Drumont (1844-1917) est un des plus fameux polémis­tes du XIXe siècle qui atteint la célébrité en 1886 avec son livre La France Juive ; il devient alors le chef de file de l’antijudaïsme français.

Charles Maurras lui donnait volontiers du « cher maître » : « Dau­det, Barrès, nous tous avons commencé notre voyage à sa lumière », affirmait le chef de l’Action française. Robert Brasillach le considérait comme un « précurseur génial du national-socialisme français ». Louis-Ferdinand Céline, de son côté, était formel : « Tous les Aryens devraient avoir lu Dru­mont. »

Quant à Georges Bernanos, il vouait un véritable culte à ce « magnifique écrivain français (qui) est parti d’un fait que son érudition prodigieuse a rendus évident pour tous : la conquête juive », écrivait-il en 1931 dans La Grande Peur des bien-pensants.

« Dans ses ouvrages successifs ou à La Libre Parole à partir de 1892, écrit Jacques Bartoldi, le patron de presse, au savoir-faire indéniable, martelant l’injonc­tion qu’il faut mettre fin au complot juif, stigmatise une République du capitalisme où cha­que nouveau gouver­nement lui semble accélérer la décadence de la France, une République éloignée de l’Église, tournée vers un progrès scientifique et un modernisme illusoi­res au détriment des actions sociales qui aideraient les ouvriers. Le remède à la ques­tion ouvrière pourrait être l’instauration d’un socialisme chrétien (…) Dans un message apoca­lyp­tique, inspiré par Dieu, à ce qu’il croit, il annonce la venue d’un vengeur. »

La Dernière Bataille nous permet de découvrir ses « coups de crayon complémentaires sur les Juifs », ce qu’il pense du boulan­gisme, ses souvenirs de la France d’antan, sa dénonciation du scandale de Panama, le portrait au vitriol de Ferdinand de Lesseps, ses considérations sur le rôle de la presse…

Né le 3 mai 1844 et mort le 5 février 1917 à Paris, Édouard Drumont fonda le quotidien La Libre parole en avril 1892, fut élu député d’Alger et publia de nombreux livres : Mon vieux Paris (couronné par l’Académie française) ; La dernière bataille ; Testament d’un antisémite ; De l’or, de la boue, du sang ; La Fin d’un monde, etc. Mais il fut surtout célèbre en publiant, en avril 1886, les deux gros tomes de La France Juive, puis La France Juive devant l’opinion.

Du même auteur
chez le même éditeur

Le secret de Fourmies, 1998, pamphlet
De l’or, de la boue, du sang, De Panama à l’anarchie, 2000, choses vues
Les héros et les pitres (Les tréteaux du succès, volume II), 2007, choses vues
Sur le chemin de la vie, 2009
La France juive devant l’opinion, 2009