La mort apparente et les inhumations prématurées

18,00

Avant-propos de Jean Mabire

La question de la mort apparente et des inhumations pré­maturées est une question qui, depuis longtemps, a attiré l’attention des législateurs et des savants. Aucune pers­pec­tive n’est plus redoutable, en effet, que celle d’être en­ter­ré vivant ; et par tous les moyens possibles on doit s’efforcer de la prévenir. S’il s’agissait d’une simple ques­tion de médecine, tout irait vite. Mais la médecine au­jourd’hui encore se con­fronte à un in­connu majeur : mort cérébrale, comas théra­peutiques, la façon dont une cellule émet pour son organisme le signal de sa mort nous de­meu­re globale­ment une énig­me, et continue de poser des pro­blèmes éthiques et juridi­ques insolubles.

Disponible – En stock

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Insolite

Pages

158

Prix

18

Date

10/10/2017

Format

Livre

Isbn/Ean

9782353743414

Description

Avant-propos de Jean Mabire
Allocution prononcée par Pierre Duverger
Introduction par P. A. Piorry, membre de l’Académie de Médecine

La question de la mort apparente et des inhumations pré­maturées est une question qui, depuis longtemps, a attiré l’attention des législateurs et des savants. Aucune pers­pec­tive n’est plus redoutable, en effet, que celle d’être en­ter­ré vivant ; et par tous les moyens possibles on doit s’efforcer de la prévenir.

Un anatomiste célèbre, Wins­low, fut le pre­mier qui fit des études sérieuses sur ce sujet. En 1740, il publia sur la mort apparente une disser­tation dont la con­clusion était, qu’à l’exception des indices fournis par la décomposition cadavérique, il n’existait pas de signes cer­tains de la mort…

Quand il publie De la mort apparente en 1866, Gustave Le Bon affronte un pro­blème po­sé globale­ment aux grandes villes euro­péennes moder­nes. Comment s’assurer légalement qu’une personne est effec­tivement décédée, quels délais ou quelles mesu­res respecter, quelles lois à définir ? (Jusqu’au détail néces­saire d’une cloche dans les mor­gues…).

S’il s’agissait d’une simple ques­tion de médecine, tout irait vite. Mais la médecine au­jourd’hui encore se con­fronte à un in­connu majeur : mort cérébrale, comas théra­peutiques, la façon dont une cellule émet pour son organisme le signal de sa mort nous de­meu­re globale­ment une énig­me, et continue de poser des pro­blèmes éthiques et juridi­ques insolubles. Mais c’est bien sûr une porte sym­bolique qu’on ouvre : les morts-vivants, et ceux qui sor­tent à la nuit de leur tombe, ou ceux qu’on dé­terre avec les traces mani­festes d’un effrayant combat pour échap­per à la tom­be.

Comment avoir confiance dans les signes de la mort, et les­­­quels sont fiables, si chaque fois une histoire prouve le con­­traire ?

 

Du même auteur
Aux éditions Dualpha, collection « Insolite »

La mort apparente et les inhumations prématurées

 

Aux éditions Déterna, Collection « Documents pour l’Histoire »

Psychologie du socialisme
Psychologie de l’éducation
Psychologie politique
Psychologie des foules
La Révolution française et la psychologie des révolutions
La Vie des vérités Immigration, chance ou catastrophe ?