Le National-socialisme des origines à la guerre

Johannes Ohquist

35,00

Quand Adolf Hitler, nouvel homme fort de l’Alle­magne, prend les rênes du Pouvoir, il trouve un pays étranglé, une économie et une industrie paralysées, une nation humiliée par les Alliés, où de pseudo-élites fi­nanciers cosmopolites tirent profit d’une situation catastro­phique. En quelques mois, il réussit là où le libéralisme avait échoué par­tout dans le monde.

 


Disponible – En stock

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Documents pour l'Histoire

Pages

446

Prix

35

Date

10/10/2008

Format

Livre

Isbn/Ean

9782913044845

Description

La IIe Guerre mondiale a jeté un voile sinistre sur l’Al­lemagne de la révolution national-socialiste, façonnée durant six années de paix et de bonheur par le chancelier Adolf Hitler. Plus de cinquante ans nous séparent de la nomination du Füh­rer au poste de chancelier allemand par le président du Reich. La mémoire collective, martelée sans cesse par une his­­toriographie orientée, conserve de cette période un sou­ve­nir unilatéral, frappé du sceau des jugements de Nurem­berg. Souvenons-nous.

Quand le nouvel homme fort de l’Alle­magne prend effectivement les rênes du pouvoir, il trouve un pays étranglé, une économie et une industrie paralysées, une nation humiliée par les Alliés, où de pseudo-élites fi­nanciers cosmopolites tirent profit d’une situation catastro­phique. En quelques mois, il réussit là où le libéralisme avait échoué par­tout dans le monde.

Des millions d’hommes et de fem­mes retrouvent un emploi. La jeunesse peut enfin laisser li­bre cours à son enthousiasme. Elle a désormais une raison de vivre. Pour la première fois depuis Bismarck, un gouvernement soucieux des intérêts du peuple est au Pouvoir. La société alle­mande, longtemps dominée par un détestable esprit de classe, redécouvre le sens de la solidarité. Huit millions d’emplois créés, mise en place des congés payés avant le Front populaire en France, création de l’assu­rance-maladie et de l’allocation vieillesse, multipli­ca­tion des bourses, etc. Voici les acquis du national-socialisme. Le bilan de Hitler est étonnant.

En six années de paix, le peu­ple allemand a fait un bond en avant de cinquante ans dans le domaine social. L’immense mérite de ce livre est de nous le rappeler.