La Révolution française et la psychologie des Révolutions

Gustave Le Bon

33,00

Dès le début de la Révolution, la lutte entre mentalités contraires se manifesta nettement. Nous avons vu que malgré une répression effroyable, les insurrections et les conspirations durèrent jusqu’à la fin du Directoire. Elles montrent combien les anciennes traditions du passé avaient laissé de profondes racines dans l’âme populaire.


Disponible – En stock

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Documents pour l'Histoire

Pages

342

Prix

33

Date

10/08/2008

Format

Livre

Isbn/Ean

9782913044807

Description

« Dès le début de la Révolution, la lutte entre men­­talités contraires se manifesta nettement. Nous avons vu que malgré une répression ef­froya­ble, les insurrections et les conspirations durèrent jusqu’à la fin du Directoire. Elles montrent combien les anciennes traditions du passé avaient laissé de profondes racines dans l’âme populaire. À un certain moment 60 dé­par­tements se révol­tèrent contre le régime nouveau et ne furent con­tenus que par des mas­sacres répétés sur une vaste échelle.

Établir une sorte de transaction, entre l’Ancien Ré­gime et les idées nouvelles, représenta le plus dif­fi­cile des problèmes qu’eut à résoudre Bona­parte. Il lui fallut trouver des institutions pou­vant convenir aux deux mentalités qui divi­saient la France. Il y réussit, nous l’avons vu, par des mesures conciliantes et aussi en habil­lant de noms nouveaux des choses très ancien­nes. »

Explicables seulement par la psychologie mo­derne, beaucoup d’événements historiques sont restés aussi incompris de leurs auteurs que de leurs historiens.

 

Du même auteur
Aux éditions Dualpha, collection « Insolite »

La mort apparente et les inhumations prématurées

 

Aux éditions Déterna, Collection « Documents pour l’Histoire »

Psychologie du socialisme
Psychologie de l’éducation
Psychologie politique
Psychologie des foules
La Révolution française et la psychologie des révolutions
La Vie des vérités Immigration, chance ou catastrophe ?