La vie des vérités

Gustave Le Bon

25,00

Origines irrationnelles des croyances ; Les élé­ments de la personna­lité ; La volonté in­cons­­ciente ; Les conflits des logiques af­fective, mys­tique, collective et ra­tion­nelle ; La ba­lance des motifs ; Pourquoi les opi­nions diffèrent et comment elles se pro­pagent. « Non, la catastrophe des catastro­phes, c’est l’idée fausse, car elle amène l’inva­sion, l’anarchie, la guerre, etc. »


Disponible – En stock

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Documents pour l'Histoire

Pages

190

Date

10/04/2009

Prix

25

Format

Livre

Isbn/Ean

9782913044944

Description

Introduction de Pierre Duverger

Origines irrationnelles des croyances ; Les éléments de la personnalité ; La volonté inconsciente ; Les conflits des logiques affetive, mystique, collective et rationnelle ; La balance des motifs ; Pourquoi les opinions diffèrent et comment elles se propagent.

La plus terrible des catastrophes qui puisse fondre sur un pays, n’est ni la guerre, ni l’anarchie, ni une invasion, etc. Non, la catastrophe des catastrophes, c’est l’idée fausse, car elle amène l’invasion, l’anarchie, la guerre, etc.

Les plus sanguinaires des conquérants sont moins dévastateurs que les idées fausses. Si l’action des théoriciens niveleurs moder­nes devait durer, ils détruiraient une fois encore les plus brillantes civilisations. Le rôle de ces nouveaux barbares s’évanouira seule- ment avec la disparition des croyances illusoires qui font leur force. Ces croyances socialisantes humanitaires, filles directes du christia­nisme, se heurtent aujourd’hui au mur de la réalité.

Le moule anthropomorphe universel, né des cervelles détra­quées de déracinés, ne peut conduire qu’à un magma multi­colore, indéfini, apatride, ingouvernable, constructeur de ruines et de laideur. Le visage devient une gueule et le peuple une popu­lace.

Rares sont les individus osant agir ou même penser autrement que leur entourage. Le nombre d’individus ayant des idées per­sonnelles originales, se trouve toujours, pour cette raison, infini­ment restreint. On ne peut même en posséder qu’à la condition de rester solitaire. Devrons-nous nous exclure de la société ? Dans La vie des vérités, le docteur Gustave Le Bon, une fois encore, nous donne une brillante explication des origines de notre com­portement, du pourquoi et du comment de notre état mental.

Abandonnant le Dieu d’après la vie, nous nous précipitons sur les nouveaux dieux matérialistes, vers les fumeux rêves chimériques des dogmes égalitaristes, irrationnels et irréalistes, générateurs de chaos.

Les doctrinaires mondialistes, créateurs de décadence, nous font subir, depuis des décennies, leur terrible dictature, en pre­nant les suggestions de leur imagination pour des évidences de leur raison. Lorsque ces hallucinés auront « réussi », le beau voyage de la France à travers l’Histoire sera terminé, et tout le monde descendra.

 

Du même auteur
Aux éditions Dualpha, collection « Insolite »

La mort apparente et les inhumations prématurées

 

Aux éditions Déterna, Collection « Documents pour l’Histoire »

Psychologie du socialisme
Psychologie de l’éducation
Psychologie politique
Psychologie des foules
La Révolution française et la psychologie des révolutions
La Vie des vérités Immigration, chance ou catastrophe ?