Le Maroc par le petit bout de la lorgnette

24,00

Remarques littéraires, politiques ou artistiques, portraits, menus gestes quotidiens ou hauts faits guerriers alternent avec des allers-retours entre jadis et naguère. Des Berbères aux Portugais, des Chérifs alaouites au Maréchal Lyautey, des villes coloniales au débarquement américain de 1942, d’un fameux bordel chanté par Brel jusqu’aux expéditions phéniciennes capturant des éléphants près de l’actuelle Casablanca, Péroncel-Hugoz nous entraîne par des chemins détournés à travers l’Histoire infiniment chatoyante de « l’Occident de l’Orient », l’extrême-Maghreb, le Maroc…

Description

2 000 ans d’histoires à travers le prisme d’un port atlantique (Fédala-Mohamédia)
50 illustrations anciennes ou inédites

Ayant séjourné un lustre au Maroc, en ce début du XXIe siècle, Péroncel-Hugoz, reporter sénior du Monde, auteur d’une dizaine de récits de voyages en islam et autres terres sudistes, a eu la curiosité, à partir du port atlantique de Mohamédia, l’ancienne Fédala, de braquer sa lorgnette sur les siècles passés du royaume chérifien et jusqu’à nos jours, embrassant événements, personnages et sites oubliés ou occultés.

Remarques littéraires, politiques ou artistiques, portraits, menus gestes quotidiens ou hauts faits guerriers alternent avec des allers-retours entre jadis et naguère. Des Berbères aux Portugais, des Chérifs alaouites au Maréchal Lyautey, des villes coloniales au débarquement américain de 1942, d’un fameux bordel chanté par Brel jusqu’aux expéditions phéniciennes capturant des éléphants près de l’actuelle Casablanca, Péroncel-Hugoz nous entraîne par des chemins détournés à travers l’Histoire infiniment chatoyante de « l’Occident de l’Orient », l’extrême-Maghreb, le Maroc…

« Longtemps grand reporter au Monde, voyageur et essayiste courageux (que l’on se souvienne par exemple de deux de ses ouvrages majeurs, Le Radeau de Mahomet en 1983 et Une croix sur le Liban en 1984), Jean-Pierre Péroncel-Hugoz – mais on dit simplement Péroncel-Hugoz comme on dit Benoist-Méchin – s’est retiré au Maroc.

Installé à Mohamédia, l’ancienne Fédala de l’époque des Berbères et du Protectorat, directeur de la collection « Bibliothèque arabo-berbère aux éditions La Croisée des Chemins, c’est un observateur attentif de la vie quotidienne marocaine qu’il appréhende avec une louable empathie pour la monarchie marocaine.

Sur la carte touristique du Maroc, devenu à bien des égards, hélas, un cimetière des éléphants, dans le meilleur des cas, et un bronze-cul pour touristes dans le pire, Mohamédia est hors-circuit. On ne peut que s’en féliciter et Péroncel-Hugoz le premier qui y vit toute l’année.

Avec les yeux du cœur, il prend prétexte de l’histoire, la grande et la petite, de Mohamédia-Fédala, qui n’est pas une ville « sans histoire » comme le pensent le commun et les tour operators (un terme qui va faire bondir Péroncel-Hugoz très sourcilleux sur l’emploi du franglais, mais je suis assez ami avec lui pour le taquiner), pour cheminer à travers l’Histoire du royaume chérifien. Loin d’être “une ville sans passé” (pour reprendre le titre d’un livre d’Albert Camus, Petit Guide des villes sans passé), l’histoire connue de Mohamédia-Fédala remonte aux premiers vrais indigènes du pays, les Berbères. Et puis d’autres, Phéniciens, Arabes, Portugais, Français, y laissèrent leurs traces pour ne pas dire leurs marques.

En regardant le Maroc, et singulièrement Mohamédia, par le petit bout de la lorgnette, Péroncel-Hugoz ne laisse rien passer : remarques littéraires, artistiques, politiques, portraits, menus faits quotidiens et hauts faits guerriers (sait-on, par exemple, que le débarquement des Américains en 1942 à Casablanca eut en fait lieu à Fédala ?). Aussi, si vous envisagez un jour de découvrir le Maroc, qui est l’un des plus beaux pays du monde, lisez d’abord Péroncel-Hugoz. Et passez-vous le mot en le réservant à ceux qui méritent de le partager avec vous : il y a là-bas, sur la côte Atlantique, une petite cité aux mille palmiers, nichée au creux d’une baie de toute beauté, riche de souvenirs et grosse d’un avenir prometteur. Car Mohamédia est grande et Péroncel-Hugoz est son prophète » (Alain Sanders, Reconquête).

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Xénophon

Pages

306