Vie de Louis XVII, suivie de notices intéressantes sur les augustes victimes du Temple

18,00

Quel était son crime ? Il était fils de roi : c’en fut assez pour le priver de sa liberté. Il devint roi lui-même : ce motif parut suffisant, à ceux qui n’osaient l’assassiner publiquement, pour le faire périr en secret dans les angoisses d’une longue et douloureuse agonie. Cet ouvrage,  écrit au XIXe siècle, était devenu introuvable. Nous disposons là du récit d’un témoin de première main qui s’est nourri des souvenirs et des récits de ses proches et de ses relations, tous contemporains des faits.

UGS : 9782357910515 Catégorie : Étiquettes : , , , , ,

Description

H. Prévault, présenté par Alain Sanders

Un mot d’abord de ce “H. Prévault” dont nous rééditons cette Vie de Louis XVII initialement parue aux environs de 1830. Il s’appelait en fait Elie Benjamin Joseph Brun-Lavainne (1791-1875). Historien, archiviste de la ville de Lille, directeur de la Revue du Nord, on lui doit de nombreux ouvrages publiés sous le pseudonyme de “H. Prévault”. Dont, outre cette Vie de Louis XVII, un essai de 1827, Les Jeunes Bourbons proposés pour modèle à la Jeunesse française.

Pourquoi avoir choisi de rééditer cet ouvrage consacré à l’enfant martyr ? D’abord parce que cet ouvrage est devenu introuvable. Ensuite – et surtout – parce que nous disposons là du récit d’un témoin de première main qui s’est nourri des souvenirs et des récits de ses proches et de ses relations, tous contemporains des faits.

  1. Prévault écrit : “Quel était son crime ?… Il était fils de roi : c’en fut assez pour le priver de sa liberté. Il devint roi lui-même : ce motif parut suffisant, à ceux qui n’osaient l’assassiner publiquement, pour le faire périr en secret dans les angoisses d’une longue et douloureuse agonie.”

Une partie de ce livre est d’une étonnante “modernité”. Même si l’auteur ne dispose pas du “matériel” psychanalytique dont on usera – et abusera – plus tard, il traduit parfaitement le traumatisme de cet enfant arraché à son père, puis à sa mère, à sa sœur, à sa tante, pour être réduit à l’état d’orphelin par la guillotine des chantres des droits de l’Homme.

Tout cela appartient à l’Histoire ? Oui. Et même aux heures les plus sombres de notre Histoire…

« Avec sainte Jeanne d’Arc et Napoléon, le petit Louis XVII est probablement le personnage historique français qui a inspiré la publication du plus grand nombre de livres et de biographies. Certains sont très connus en raison de la notoriété de leurs auteurs, tandis que d’autres le sont beaucoup moins, pour diverses motifs qu’il serait trop long d’exposer ici. Parmi ces derniers, figure celui signé H. Prévault, Vie de Louis XVII, qui comporte le sous-titre suivant : Suivie de notices sur les augustes victimes du Temple. L’ouvrage, écrit au XIXe siècle est paru (pour sa 6e édition) à Lille, en 1845. Son auteur, qui se nommait en réalité Elie Benjamin Joseph Brun-Lavainne, était archiviste de la ville de Lille. À l’initiative d’Alain Sanders, l’ouvrage vient d’être réédité, d’une part parce qu’il était devenu introuvable, mais surtout, dit A. Sanders, “parce qu’il s’agit, là encore, d’un témoin de première main qui a pu se nourrir des souvenirs et des récits de ses proches et de ses relations contemporains des faits”. L’auteur, lui-même, dans son avant-propos, le destine à de “jeunes chrétiens (pour susciter) une horreur profonde pour ceux qui corrompirent, par leurs fausses maximes, un peuple bon et généreux, au point de le faire demeurer tranquille spectateur d’un si horrible attentat” » (Jérôme Seguin, Lectures Françaises).

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Pages

154