Accueil / Résulats de la Recherche : Nathan Bedford Forrest

Résulats de la Recherche : Nathan Bedford Forrest

Nathan Bedford Forrest

Quand on se penche sur la vie de Nathan Bedford Forrest, hon­­nê­tement, le sentiment qui prédomine est l’incrédulité. Règlements de compte sanglants, bagarres au couteau, chasses nocturnes d’animaux sauvages, trafics d’esclaves, chevauchées frénétiques, corps à corps impitoyables, défilés dans la nuit de cavaliers cagoulés… Nathan Bedford Forrest EST la légende. Ou plutôt est devenu cette légende car les nombreuses biographies qui lui ont été con­sa­crées aux États-Unis montrent que les faits rapportés sont, pour la plupart, bel et bien réels.

Lire la suite »

Johann Rattenhuber, l’Ange gardien du Führer

De 1933 à 1945, Johann Rattenhuber fut le chef incontesté du Reichssicherheitsdienst (RSD), le « Service de Sécurité du Reich » créé par Heinrich Himmler en 1933. En tant que tel, il fut responsable de la sécurité de toutes les personnalités du régime, et en premier lieu, bien évidemment, de celle du Führer. Paul-Louis Beaujour, qui se passionne pour les « seconds couteaux » et les « oubliés » de l’Histoire (Jean Boissel, Nathan Bedford Forrest), nous livre la première biographie en langue française de « l’Ange gardien » du Führer.

Lire la suite »

White Power ! George Lincoln Rockwell, le Führer américain

George Lincoln Rockwell, le fondateur de l’American Nazi Party (ANP), le champion de la provocation et de l’exubérance assumées, le créateur et le promoteur indomptable du « White Power », le supposé « homme le plus haï d’Amérique », celui dont l’une des biographies a tout simplement été intitulée : Hate ! Tout un programme, à première vue. Comment expliquer cette notoriété qui perdure encore, cinquante ans après sa disparition?

Lire la suite »

Jean Boissel et Le Front Franc ou La vraie vie du « Neuneuil » de Céline

Préface de Philippe Randa.

Le fondateur du Front Franc, national-socialiste enthousiaste dès 1935, antisémite frénétique, ami intime de l’odieux Julius Streicher, co-fondateur de la Légion des Volontaires Français contre le bolchevisme, n’a certes rien fait pour s’attirer une quelconque sympathie, voire une certaine compréhension de la part des tenants officiels de la « mémoire » collective. Pestiféré, même parmi les « ultras » de la Collaboration qui le jugeaient trop… extrémiste, comment Jean Boissel en est-il arrivé là ?  

Lire la suite »