Aux côtés de Goebbels

Rudolf Semmler

27,00

Ce Journal porte sur les années 1941-45, avec une quasi-interruption en 1942. Ces notes sont d’un intérêt majeur, car elles n’ont pu être retouchées après-guerre. Son témoignage sur les pensées et les dires du ministre sont d’une importance extrême pour mieux comprendre ces années de guerre. Ce livre fourmille de détails intéressants sur le fonctionnement du IIIe Reich en guerre et sur les occasions politiques manquées. Il est étonnant qu’il ait été aussi peu utilisé par les « grands historiens » !

Disponible – En stock


Partager

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Documents pour l'Histoire

Pages

282

Prix

27

Date

10/06/2017

Format

Livre

Isbn/Ean

9782360061020

Description

Préface de D. McLachlan
Rectification & Introduction de Bernard Plouvier

Journal de son « secrétaire »

Ce Journal porte sur les années 1941-45, avec une quasi-interruption en 1942, où Rudolf Semmler sert comme corres­pondant de guerre auprès de la VIe armée : Joseph Goebbels l’a fait évacuer de Stalin­grad en décembre 1942. Ces notes sont d’un intérêt majeur, car elles n’ont pu être retouchées après-guerre. Son témoignage sur les pensées et les dires du ministre sont d’une importance extrême pour mieux comprendre ces années de guerre.

Semmler nous livre un catalogue des amis et ennemis de Goebbels au sein des autorités du Reich ; il nous fait un portrait assez fidèle de son patron : hyperactif voire survolté, frugal, généralement courtois, mais parfois caustique, respectant à la lettre les consignes de restrictions alimentaires, pratiquant l’autocritique, fourmillant d’idées…

Dès l’été de 1941, Goebbels est conscient de l’énor­mité de la tâche qui attend la Wehrmacht et souhaite­rait préparer le Volk (Nation, avec une connotation raciale) germanique aux années de guerre à venir. Il estime que le Führer « dorlote trop le peuple allemand » (28 juin 1941) : il est de fait que l’économie de guerre ne débutera réellement qu’au premier trimestre de 1943… soit beaucoup trop tard !

C’est dès la mi-décembre 1942 que Goebbels veut lancer la guerre totale : « La guerre ne sera gagnée que par le peuple qui fournira le plus gros effort »…

À compter de l’été de 1943, il est le seul ministre à visiter les cités allemandes dévastées par les bombardements terroristes des Alliés occidentaux.

Ce livre fourmille de détails intéressants sur le fonctionnement du iiie Reich en guerre et sur les occasions politiques manquées. Il est étonnant qu’il ait été aussi peu utilisé par les « grands historiens » !

 

Chez le même éditeur
ouvrages de Joseph Goebbels

Combat pour Berlin
Michaël, un destin allemand 
(roman)