La désinformation autour de la fin de l’Indochine française

22,00

Il y a de nombreux livres – du bon et du détestable – sur la guerre d’Indochine. Mais peu – pour ne pas dire aucun – sur la fin de l’Indochine française en 1945. Le 9 mars 1945, les Japonais attaquaient nos garnisons. En quelques jours, la présence administrative et militaire française est anéantie. À partir de là, plus rien ne sera jamais comme avant. C’est cette descente aux enfers que détaille cet ouvrage. En démontrant que l’Indochine française n’est morte ni à Dien Bien Phu ni à Genève. Elle a cessé d’exister le 9 mars 1945. Avec la légende noire gaulliste qui s’est imposée en compagnonnage, comme ce fut souvent le cas, avec une désinformation communiste tous azimuts.

Description

Il y a de nombreux livres – du bon et du détestable – sur la guerre d’Indochine. Mais peu – pour ne pas dire aucun – sur la fin de l’Indochine française en 1945. Le 9 mars 1945, les Japonais attaquaient nos garnisons. En quelques jours, la présence administrative et militaire française est anéantie. À partir de là, plus rien ne sera jamais comme avant.

C’est cette descente aux enfers que détaille cet ouvrage. En démontrant que l’Indochine française n’est morte ni à Dien Bien Phu ni à Genève. Elle a cessé d’exister le 9 mars 1945. Avec la légende noire gaulliste qui s’est imposée en compagnonnage, comme ce fut souvent le cas, avec une désinformation communiste tous azimuts. Cette désinformation gaullo-communiste est ici démontée à partir de trois sujets : le bilan de la colonisation française à travers celui des années Decoux ; la IIe Guerre mondiale dans le secteur déterminé de la Guerre du Pacifique ; les prodromes d’une décolonisation manquée.

Paul Rignac, juriste de formation, a découvert l’ancienne Indochine par l’action humanitaire. Ses rencontres avec les « Indochinois », comme avec de nombreux anciens combattants et anciens coloniaux français, nourrissent un travail de recherche et d’analyse historique qui bat en brèche les dogmes de l’historiquement correct et de la désinformation.

« Cet ouvrage résume les années que vécurent tous les habitants de l’Indochine française de 1939 à 1946. Les événements se succèdent toujours au détriment des populations: après un premier accord du général Catroux avec les japonais en juin 1940 – destitué pour cela par le, premier gouvernement de Vichy – l’amiral Decoux, à la tête de l’Indochine isolée, de la faire survivre, durant quatre longues armées. Le coup de force japonais du 9 mars 1945, puis la “libération”, achèvent de détruire l’Indochine française. L’attitude du Président De Gaulle qui refuse de connaître la réalité et envoie des agents divers, les Japonais vaincus qui encadrent le Viet-Minh, les dirigeants rooseveltiens aveugles, les Chinois pillards… tous sont hostiles aux Français peu nombreux. Pendant que la population essaie de survivre, se met ainsi en place ce qui deviendra la Guerre d’Indochine puis du Vietnam. En 200 pages, l’auteur analyse les témoignages de nombreux acteurs et démolit des propagandes mensongères. Tout ce qu’il écrit est déjà bien connu des intéressés et des historiens spécialistes, mais, ici nous avons un résumé des faits accompagné d’une bibliographie sérieuse qui cite les différents acteurs hostiles les uns aux autres. Ce livre est facile lire et surprendra plus d’un lecteur. La lecture de ce petit ouvrage est indispensable pour étudier ensuite la guerre d’Indochine » (Le Maréchal).

 

Du même auteur,
chez le même éditeur

Ngo Dinh Diem. Une tragédie vietnamienne
La désinformation autour de la fin de l’Indochine française

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

L'Étoile du berger

Pages

226

Prix

22

Date

10/10/2013

Format

Livre

Isbn/Ean

9782357910522