[Entre] presque [et] rien

Philippe Pichon

18,00

Lettres & poèmes

C’est donc sur fond de souveraineté d’un impossible ailleurs que se détache cette prière athée, élégie profane qui signe l’œuvre d’un véritable poète. Dans ce récitatif mélancolique, Philippe Pichon affirme que la leçon de choses et la quête d’un Vrai lieu peuvent coexister : la poésie est l’endroit privilégié de cette conjonction – comme une source dans le désert, un opéra des lisières.

Disponible – En stock

Parcourir ma Liste d'Envies

Partager

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Les bergers de l'évasion

Pages

162

Prix

18

Date

10/03/2021

Format

Livre

Isbn/Ean

9782353745227

Description

Lettres & poèmes

Dans le même mouvement, écrire sur le proche et le lointain, le presque rien et l’à-peu-près du tout. À partir du plus minuscule, du plus intime, s’élèverait l’espérance du plus vaste, du plus immense : un périple aux quatre coins de la terre, à dos de silence. Mais les nuages balaient si vite l’ombre de notre vie passagère. Qui n’est ni sombre ni lumineuse. Qui aurait à voir avec la merveilleuse infirmité de la lenteur. Qui devient ce que l’on en fait : une valse d’interstices, une flèche dans le néant, un creux dans l’essentiel, quelques bribes, pêle-mêle d’évidences secrètes, méli-mélo de failles d’éternité, que l’on recueille, que l’on accueille.

C’est donc sur fond de souveraineté d’un impossible ailleurs que se détache cette prière athée, élégie profane qui signe l’œuvre d’un véritable poète. Dans ce récitatif mélancolique, Philippe Pichon affirme que la leçon de choses et la quête d’un Vrai lieu peuvent coexister : la poésie est l’endroit privilégié de cette conjonction – comme une source dans le désert, un opéra des lisières.

Hommage à des poètes aimés, de René Char à Pierre Reverdy, de Jean Follain à André Frénaud, d’Yves Bonnefoy à Jacques Dupin, de Jean Grosjean à Christian Bobin, ces lettres d’or et de pourpre se déplient, comme les pages fanées d’une prose grêle qui ne vise qu’à s’effacer devant le bleu du jour naissant.

Le recueil est dédié au poète-commissaire Lucien Becker (1911-1984).

 

Né en 1969, encouragé par les poètes André du Bouchet, Pierre Oster et l’éditeur Jean Breton, Philippe Pichon publie ses premiers poèmes à dix-sept ans dans la prestigieuse revue Poésie 1 des éditions Saint-Germain-des-Prés. De 1986 à 2004, s’en suivent des publications dans Jointure (sous dir. Jacques Arnold), Poésie présente (sous dir. René Rougerie), Le Coin de table (La Maison de Poésie), Visages du XXe siècle (sous dir. Michel Beau). Il se lie d’amitié avec les poètes Jacques Charpentreau et Pierre Lepère.

Révélé au grand public avec son témoignage Journal d’un flic (Flammarion, 2007), aujourd’hui installé aux confins de la Brie, dans la vallée du Grand Morin, Philippe Pichon mène conjointement une œuvre de « lecteur » (trois études sur Saint-John Perse, Pierre-Jean Jouve, Pierre-Emmanuel parues à La Maison de Poésie/Plein Chant, 2004-2009-2010) et de poète (Ombre close, Les Presses Littéraires, 1999 ; Les Poudrins de la mémoire, Dutan, 2020). Mélangeant vers, versets et prose, l’écrivain ne cesse ainsi de nourrir et d’ensemencer la parole poétique de notes, de corrections et de silences qui l’interpellent et quelques fois même le contestent. Comme si les mots ou les signes du poème avaient toujours besoin d’autres signes, et la poétique d’une méta-poétique pour l’encourager à poursuivre son inlassable déchiffrage du quotidien, son tenace exorcisme de la mort qui rôde autour du policier-écrivain (L’Enfance violée, Flammarion, 2008). De ses Humanités, l’auteur n’a gardé que son refus d’une parole compliquée voilant la simplicité du monde. Il poursuit ce que l’on pourrait appeler son inscription du murmure dans des proses prises entre les deux tentations de la lettre d’amour (Un Pays vers le ciel, Dualpha, 2006) et du récit (À contre-silence, Noir & Blanc, 2003).

Dédié à la fille de l’auteur, Le Pays d’ortie, récit lumineux d’une séparation douloureuse, atteint l’universalité par sa transposition poétique salvatrice.

 

Du même auteur
aux éditions Dualpha

Le cas Céline

aux éditions Dutan

Les Poudrins de la mémoire
Le Pain d’ortie
[Entre] presque [et] rien