Les grandes heures du général Pétain

Lieutenant-colonel Henri Carré

31,00

1917 et la crise du moral : Crise du Haut commandement (mars-avril 1917), fluctuations du moral (août 1914- avril 1917), mutineries et répression, rétablissement de la confiance, mesures de préservation du moral, rechute et guérison du moral (novembre 1917-mars 1918)…


Disponible – En stock

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Vérités pour l'Histoire

Pages

264

Date

10/11/2018

Format

Livre

Isbn/Ean

9782353744060

Description

1917 et la crise du moral : Crise du Haut commandement (mars-avril 1917), fluctuations du moral (août 1914- avril 1917), mutineries et répression, rétablissement de la confiance, mesures de préservation du moral, rechute et guérison du moral (novembre 1917-mars 1918)…

Au printemps de 1917, l’année trouble, comme l’a qualifiée Raymond Poincaré dans ses souvenirs, la situation générale et l’état des esprits en France causaient au Gouvernement de vives inquiétudes.

Les premiers contre-coups de la Révolution russe s’étaient fait sentir ; une propagande défaitiste se poursuivait ouvertement à l’intérieur du pays, entretenue par des agents louches, tandis que des grèves, appuyées par des groupements syndicalistes très actifs, se déclenchaient dans les usines travaillant pour la Défense nationale.

En même temps, des mutineries éclataient sur le front du Nord-Est, et comme le feu dans une prairie d’herbes sèches, elles s’étendaient si rapidement qu’en quelques jours, la rébellion avait touché plus de la moitié de nos divisions, sans épargner les corps d’élite, menaçant l’armée d’une dissolution totale, telle qu’elle s’était produite deux mois plus tôt chez nos alliés sur le front oriental.

Appelé au commandement suprême dans ces circonstances délicates, et mis en face des plus lourdes responsabilités, le prestigieux vainqueur de Verdun, le général Pétain, rétablit l’ordre et la discipline, inflige aux plus grands coupables un châtiment exemplaire, et ramène dans le devoir la masse des égarés par une répression, non pas brutale et aveugle, mais conduite avec autant de tact que de fermeté, joignant l’humanité à la rigueur.

Si douloureuse qu’eût été cette page de notre histoire militaire, elle méritait d’être retracée parce qu’elle a la valeur d’un enseignement. D’une part, on y verra mises en application, par un chef clairvoyant et un psychologue averti, une sorte de technique du rétablissement moral et des mesures appropriées qui peuvent servir de modèles. D’autre part – et la constatation est réconfortante –, l’Armée française, en se ressaisissant si promptement et si complètement, démontrera ce qu’étaient le merveilleux ressort et la valeur foncière de la race.

Au surplus, cette phase de la guerre est généralement mal connue. En 1917, le bâillon de la censure, rigoureusement appliqué, n’en laisse connaître au pays que des informations fragmentaires, d’où les rumeurs qui coururent alors, singulièrement grossies et déformées. Bien des faits et des chiffres rapportés ici, d’après des documents irréfutables, seront pour le lecteur une révélation.

Lieutenant-colonel Henri Carré (1873-1954) a été officier et historien.