Bigeard Boys. Sous la casquette, la démesure

29,00

La guerre d’Algérie fut la dernière guerre à l’ancienne, tenue à bout de bras par les unités parachutistes et les frères d’armes de la Légion, Bigeard, exceptionnel meneur d’hommes, qui avait fait du 3e une boutique flamboyante. Le Colonel voulait ses garçons durs comme l’acier, souples comme le cuir. C’était leur façon de vivre et de mourir, eux les garçons de Bigeard, et l’auteur l’honneur d’être l’un d’eux, nous les « Bigeard Boys ».

Disponible – En stock

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Vérités pour l'Histoire

Pages

254

Prix

29

Date

10/06/2017

Format

Livre

Isbn/Ean

9782353743292

Description

Préface d’Éric Deschodt.

La guerre c’est l’émotion. Rien que l’émotion. Le verbe n’y a pas sa place. La guerre d’Algérie fut la dernière guerre à l’ancienne, tenue à bout de bras par les unités parachutistes et les frères d’armes de la Légion, Bigeard, exceptionnel meneur d’hommes, qui avait fait du 3e une boutique flamboyante. Le Colonel voulait ses garçons durs comme l’acier, souples comme le cuir, mais surtout, il les voulait beaux avec un axiome, parabole de l’impossible. Il nous avertissait comme une évidence : « Nous partons en opération. Je vous interdis de mourir, et si vous passez outre, mourrez beaux, rasés de près. »

C’était notre façon de vivre et de mourir, nous les garçons de Bigeard, et j’eus l’honneur d’être l’un d’eux, nous les « Bigeard Boys ».

Engagé volontaire au 3e RPC en Algérie. L’auteur qui a vécu une guerre terrible, des djebels à la Casbah d’Alger, en a gardé la marque indélébile comme tous les soldats de toutes ces guerres qui leur étaient in­­­com­­­pré­hensibles. S’il a survécu, il ne regrette rien, à l’image des paras du 1er REP… Il « bourlinguera » ensuite en Afri­que (Côte d’Ivoire, Congo, Biafra,…).

 

Du même auteur
chez le même éditeur

Les Enfants de Sidi Ferruch (Chronique de la dernière guerre de l’armée française)