Miribel et Freycinet (1888-1893)

19,91 TTC

Auteur : Witold Zaniewicki
ISBN : 9782353746378
Nombre de pages : 144
Date : 10/12/2023
Format : Livre

Doctrine de l’École de Guerre

En 1870, il n’existait en France aucune Doctrine de Guerre : les combats étaient imposés par l’ennemi, les missions n’étaient pas définies, les troupes manœuvraient en masse comme sur le polygone d’instruction. Les Allemands, au contraire, attaquaient par petits éléments, profitaient du terrain et obéissaient à une impulsion commune issue de la doctrine de leur État-Major. Pour essayer de donner aux officiers français cette « communauté de pensée, cette doctrine commune », on créera l’École de Guerre. Au manque d’unité doctrinale s’oppose le travail pratique de Freycinet, aidé de Miribel et de l’État-Major de l’armée. Ils voient en effet dans la nation armée, caractérisée par l’emploi des réserves, le facteur primordial de la guerre future.

Description

Doctrine de l’École de Guerre

En 1870, il n’existait en France aucune Doctrine de Guerre : les combats étaient imposés par l’ennemi, les missions n’étaient pas définies, les troupes manœuvraient en masse comme sur le polygone d’instruction. Les Allemands, au contraire, attaquaient par petits éléments, profitaient du terrain et obéissaient à une impulsion commune issue de la doctrine de leur État-Major.

Pour essayer de donner aux officiers français cette « communauté de pensée, cette doctrine commune », on créera l’École de Guerre.

Ce n’est que sous le premier ministère civil de la guerre, celui de Freycinet, qu’apparaissent vraiment des idées tactiques et stratégiques cohérentes.

Pour recevoir et appliquer cette doctrine Freycinet crée, en 1890, l’État-Major de l’armée. Mais la doctrine en passant de l’École à l’État-Major se transforme ; dans un esprit de défense nationale, le chef de cet État-Major, le Général de Miribel, applique les principes de stratégie défensive préconisée par Clausewitz, tenant compte en même temps de travaux de fortifications des officiers du Génie et des plans de ses prédécesseurs. Cette doctrine défensive correspond d’ailleurs à la résistance dont la France est capable contre une invasion étrangère.

Il y a donc en France entre 1888 et 1893 deux doctrines de guerre différentes, celle de l’École de Guerre remaniée par un courant révisionniste, qui préconise une tactique offensive, celle de l’État-Major de l’armée qui établit ses plans suivant une stratégie défensive.

À ce manque d’unité doctrinale s’oppose le travail pratique de Freycinet, aidé de Miribel et de l’État-Major de l’armée. Ils voient en effet dans la nation armée, caractérisée par l’emploi des réserves, le facteur primordial de la guerre future.

Witold Zaniewicki est né le 21 septembre 1933 à Varsovie. Engagé dans l’Armée d’Afrique en décembre 1951, Saint-Cyr (promotion Amilakvari 1954-1956), Breveté de l’École Supérieure de Guerre, il passe sept ans en Afrique du Nord notamment en tant que chef du commando de chasse Kimono 23 dans l’Ouarsenis (Berbères non islamisés) – blessé, trois fois cité – et comme commandant de compagnie au 2e Régiment Étranger d’Infanterie (Sahara). Il est Officier de la Légion d’Honneur, Croix de la valeur militaire, Officier des Pal­mes Académiques et Commandeur Polonia Restituta (Londres). Il est également licencié es lettres (1958), diplômé d’études supérieures d’histoire (1960), admissible à l’agrégation (1965) et docteur en histoire (1966). Il a été professeur à l’École Supérieure de Guer­re (1969-1972) et secrétaire général de rédaction de la Librairie Larousse (1979-1987).

 

Du même auteur
chez le même éditeur

L’Armée Polonaise clandestine en France (1942)
L’évolution des formes de la guerre du XVIIIe au XXe siècle
Miribel et Freycinet (1888-1893)

Partager

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Vérités pour l'Histoire