Des légendes portées par le vent

22,00

Cette histoire est une fable, c’est aussi une histoire d’hommes, d’hommes ni beaux ni grands ni forts ni très intellig ents. Des hommes. Néanmoins, et malgré leurs faiblesses, il leur arriva d’être courageux. Il leur arriva aussi d’avoir peur. De commettre de mauvaises actions ou d’être sublimes. Des hommes de l’Ouest. Des hommes rudes. Des hommes qui écrivirent les légendes portées par le vent. Et, on le sait, quand la légende est plus belle que l’histoire, c’est la légende qu’il faut imprimer… Ce livre est ce qu’on aurait appelé naguère un « roman d’initiation ». Avec des « leçons » dispensées par des Indiens de rencontre (Geronimo), des rascals vicieux comme des serpents à sonnettes, des filles de saloons. Le tout dans des décors grandioses : le FarWest et son ensorcelante magie.

Description

Au pays des légendes portées par le vent, il n’y a plus de place pour les pieds-tendres, les foies jaunes et les gommeux venus de l’Est. L’époque est rude et les hommes, les hommes de l’Ouest, le sont plus encore. Avec une âpreté d’autant plus forte que l’histoire du Wild West leur échappe et qu’ils ne peuvent s’accrocher désormais qu’aux légendes. Souvent portées par des vents qui soufflent en rafales.

Mais, depuis L’Homme qui tua Liberty Valance, on sait que lorsque la légende est plus belle que l’histoire, c’est la légende qu’il faut raconter. Alors, ami qui passe, prends le temps de t’asseoir et d’écouter l’histoire du pays des légendes…

Ancien cavalier, journaliste – notamment pour des revues spécialisées – et peintre en art Western depuis 1976, IAC a exposé dans toute la France et à Atlanta, ayant forgé une clientèle auprès des armuriers, tireurs, cavaliers et autres amateurs. Il travaille principalement l’aquarelle et collectionne les affiches de westerns et tout ce qui touche à l’Ouest américain

« IAC : un western à l’écriture talentueuse ! Notre ami lac, de Perpignan, nous avait habitué par le passé, à nous régaler de ses créations artistiques picturales sur le sujet Western. Il nous avait cachés qu’il possédait un deuxième talent : auteur de romans westerns ! Et quel talent, car sa prose, inspirée et documentée, s’apparente au style d’un Louis Lamour, ou pour rester français, d’un Georges Fronval. Il y a des années qu’un Français ne s’était pas lancé dans l’écriture sur le vieil Ouest américain et sa galerie de personnages atypiques et hauts en couleurs ! Pari gagné pour Iac qui excelle dans ce genre que l’on nomme “Westerns Crépusculaires”, se situant à la fin de la conquête de l’ouest américain et juste avant l’ère industrielle.

Un choix fort judicieux qui permet d’entrer dans la légende sans passer par les sentiers déjà foulés par une pléiade d’auteurs. De plus, il n’est pas désagréable de trouver dans les textes des rappels presque initiatiques sur les légendes de l’Ouest, avec une variété de personnages bien campés dans des rôles où l’on ne les attend pas !

Que dire de plus sans dévoiler les textes, sinon que lac a une imagination débordante et sait s’en servir, aidé par un beau brin de plume, pour nous faire voyager dans les paysages grandioses du Far West et même de l’Est, sans jamais nous lasser et avec une verve de bon aloi. Rien n’est oublié et surtout pas l’humour, comme par exemple cette description amusante d’une répétition musicale inspirée des soirées de travail du groupe Les Westerners (pages 208-209 des Légendes portées par le Vent), pour ceux qui connaissent !…

Tous ces petits détails intimistes font qu’on ne s’ennuie pas une seconde du début à la fin et qu’il est très difficile de s’arrêter de lire (et de rêver !…) lorsqu’on entame la première page et que le temps passe comme par magie, nous baladant de New York à San Francisco, en passant par Omaha, Durango et Rio Grande !

Àquand le troisième opus de cette collection prometteuse ?

Une chose est certaine : nous l’attendons avec impatience ! » (Dominique Naudin, Big Bear).

 

Ancien cavalier, journaliste – notamment pour des revues spécialisées – et peintre en art Western depuis 1976, IAC a exposé dans toute la France et à Atlanta, ayant forgé une clientèle auprès des armuriers, tireurs, cavaliers et autres amateurs. Il travaille principalement l’aquarelle et collectionne les affiches de westerns et tout ce qui touche à l’Ouest américain.

Du même auteur
chez le même éditeur

Des légendes portées par le vent
Comme une ombre qui danse

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Go West

Pages

186