Hommage à « notre » Algérie française

Éric de Verdelhan

31,00

Réponse à Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a insulté l’œuvre de nos soldats – Marsouins, Paras, Légionnaires, Spahis, etc . – qui ont gagné ce conflit et ont contribué à la pacification du pays. Il a méprisé le sacrifice de nos Harkis, ces Musulmans qui avaient choisi de servir le France. 120 à 150 000 d’entre eux ont été massacrés par le FLN après les funestes Accords d’Évian. Ce petit livre est la réponse à monsieur Macron car l’œuvre française en Algérie a été belle, juste, positive et souvent, totalement désintéressée.

Disponible – En stock


Partager

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Vérités pour l'Histoire

Pages

280

Prix

31

Date

10/10/2019

Format

Livre

Description

Réponse à Emmanuel Macron

Éric de Verdelhan croyait avoir tout dit sur l’Algérie française : il en parlait déjà dans trois de mes livres. Mais, en février 2017, le candidat à la présidence de la République Emmanuel Macron, en visite à Alger et voulant attirer à lui le vote des Franco-algériens, a qualifié l’œuvre française en Algérie de « crime contre l’humanité », puis devant le tollé de la communauté pieds noirs, de « crime contre l’humain », ce qui revient au même. Depuis, ce petit homme, narcissique et mégalomane, est devenu président de la République.

Est-il le président de « tous les Français » ? Assurément non !

Il a insulté nos morts. Il a blessé – profondément – les Pieds-noirs ou métropolitains qui ont contribué à faire de « notre » Algérie française un pays moderne, riche, évolué et dans lequel il faisait bon vivre. Il a insulté l’œuvre de nos soldats – Marsouins, Paras, Légionnaires, Spahis, etc . – qui ont gagné ce conflit et ont contribué à la pacification du pays. Il a méprisé le sacrifice de nos Harkis, ces Musulmans qui avaient choisi de servir le France. 120 à 150 000 d’entre eux ont été massacrés par le FLN après les funestes Accords d’Évian.

Ce petit livre est la réponse à monsieur Macron car l’œuvre française en Algérie a été belle, juste, positive et souvent, totalement désintéressée.

 

Éric de Verdelhan est né en 1949, dans une famille de la petite aristocratie cévenole. « Enfant de troupe » à 11 ans, il « paie sa dette  à la nation » en servant chez les parachutistes et s’initie au parachutisme sportif. En retraite depuis janvier 2010, il a déjà publié de nombreux livres par « devoir de mémoire ».