Imbroglio comme de Broglie

Guy Simoné

26,00

Préface d’Emmanuel Ludot

Un septennat meurtrier : avec Jean de Broglie, le Président Valéry Giscard d’Estaing sortit sa lame de fond pour financer sa campagne électorale. Son meur­tre fit taire à jamais l’intéressé. Alors jeune inspec­teur principal de police, l’auteur fut impliqué malgré lui dans un crime d’État. Il démonte l’appareil politique et démontre à qui a profité quatorze morts sur ordonnance.

Disponible – En stock


Partager

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Vérités pour l'Histoire

Pages

284

Prix

26

Date

10/10/2006

Format

Livre

Isbn/Ean

2915461988

Description

Préface d’Emmanuel Ludot

Un septennat meurtrier

Aujourd’hui, l’État existe quand il se désigne un ennemi. Comment abattre qui le menace ? Cette question à couteaux tirés règne à tous les étages des ministères.

Avec Jean de Broglie, le Président de la République Valéry Giscard d’Estaing sortit sa lame de fond pour financer sa campagne électorale. Son meurtre fit taire à jamais l’intéressé. Le fusible ? Guy Simoné. Alors jeune inspecteur principal de police, l’auteur fut impliqué malgré lui dans un crime d’État.

Après avoir injustement écopé de dix ans de réclusion criminelle, il dé­monte l’appareil politique et dé­mon­­tre à qui profitent aujourd’hui quatorze morts sur or­donnan­ce.

Si Valéry Giscard d’Estaing s’est à l’époque taillé la part du lion, Guy Simoné refuse d’être la part du dia­ble. Si le Président est sorti indemne, lui, victime, exige la levée du Secret d’État imposé par VGE jus­qu’en 2030. Guy Simoné réclame la vérité de son vivant.

Après son premier livre L’affaire de Broglie – un crime d’État paru en 1999, il réactualise le dossier à grand renfort d’éléments inédits et tire cette sombre histoire au clair. Redoutable chasse à l’appât dans les forts de l’Inté­rieur, fulgurante course poursuite dans les circuits de la haute finance, labyrinthe de secrets à l’Élysée, voiles pieux levés sur les portes cachées du Vatican…

Si le mot ministère signifie à l’origine mystère, ce Water­gate à la Française est enfin décrypté : Code : VGE.