Les souvenirs nous vengent

25,00

Durant la guerre, Georges Oltramare dirigera à Paris La France au Travail et animera de plusieurs émissions de Radio-Paris, puis animera des émissions de radio. En 1947, il est condamné en Suisse à trois ans de prison. En 1952, il gagne l’Espagne, puis Le Caire où il devient le speaker de Nasser. En 1958, il fait reparaître Le Pilori. Il meurt le 16 août 1960. Précédé d’un portrait de Jean Mabire.

Disponible – En stock

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Documents pour l'Histoire

Pages

202

Prix

25

Date

20/06/2000

Format

Livre

Isbn/Ean

291304431X

Description

Homme d’entregent et d’amitié, habitué aux contacts interna­tio­naux, agitateur impénitent, le Suisse Georges Oltramare devait jouer, sous le nom de Charles Dieu­donné, un rôle relativement impor­tant dans le petit monde de la collaboration intellectuelle pari­sienne sous l’Occu­pa­­tion. Rédacteur en chef de La France au Tra­vail et animateur de plu­sieurs émissions de Radio-Paris, il ne se débarrassa jamais d’une gouail­le estu­dian­tine et boulevardière qui faisait son origi­na­lité et lui assura une réputation, où l’on comptait certes plus d’ennemis que d’amis.

Mais ce neutre qui ne l’était guère bénéficiait d’un talent de plume certain et il publia, après être passé fort près du poteau au temps de l’épuration, un livre de mémoires où foisonnent les anecdotes savoureuses : Les souvenirs nous vengent. Le journal La Suisse, dont il avait été le jeune collaborateur du début de sa car­rière a tout simplement décidé qu’on ne pro­non­cerait plus jamais son nom.

 

Né le 17 avril 1896 à Genève, Georges Oltramare devient journaliste au Journal de Genève, puis à La Suisse où il signe des billets de ses initiales G.O. En mai 1923, il fonde le journal Le Pilori où il prend la défense des classes moyennes. En 1936, son mouvement politique L’Union nationale remporte 10 % des suffrages. Durant la guerre, Le Pilori étant interdit, il dirigera à Paris La France au travail, puis animera des émissions de radio. En 1947, il est condamné en Suisse à trois ans de prison. En 1952, il gagne l’Espagne, puis Le Caire où il devient le speaker de Nasser. En 1958, il fait reparaître Le Pilori. Il meurt le 16 août 1960.