Mémoires

Jean Hérold-Paquis

26,00

Préface de Xavier de Magallon.

Né en 1912, il se lance dans le journalisme sous le nom de Jean Hérold-Paquis, d’abord en province, puis à Paris. National-socialiste convaincu, il prône la collaboration dans de nombreux meetings, adhère au PPF, est membre du comité d’honneur de la Waffen SS et devient éditorialiste au Radio-Journal de Paris en 1942, puis speaker à Radio-Patrie.


Disponible – En stock

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Documents pour l'Histoire

Pages

302

Prix

26

Date

10/01/2006

Format

Livre

Isbn/Ean

2913044514

Description

Préface de Xavier de Magallon.

L’Angleterre comme Carthage…
suivi de
Des illusions… Désillusions !
15 août 1944 – 15 août 1945

Jean Hérold. Né le 4 février 1912 à Arches, dans les Vosges, orphelin, il se lance dans le journalisme sous le nom de Jean Hérold-Paquis, d’abord en province, puis à Paris.

Il prend part à la guerre d’Es­pa­gne en 1937 aux côtés des nationalistes, mais une gra­ve maladie le fait réfor­mer et il devient speaker à Radio-Saragosse. Il re­vient en France en 1939 et participe, mal­gré sa mauvaise santé, à la drôle de guerre. Après l’armistice, il reprend sa carrière de journaliste à L’Éclai­reur de Nice, puis est nommé délégué à la propagande par Pierre Laval.

Natio­nal-socia­liste convaincu, il prône la collaboration dans de nombreux meetings, adhère au PPF, est mem­­­bre du comité d’hon­­­­neur de la Waffen SS et devient édi­to­rialiste au Radio-Jour­nal de Paris en 1942, puis spea­ker à Radio-Patrie. La phrase qu’il répète in­lassable­ment : « L’An­gle­terre, comme Car­thage, sera détruite » lui attire la haine de ses ennemis et il échappe à un attentat en 1944. Le 15 mai 1945, il tente de se réfugier en Suisse, mais les autorités le livrent à la France le 7 juillet.

Jugé le 17 septembre suivant, il est condamné à mort par la Cour de justice et exécuté le 11 octobre 1945 au fort de Châtillon. Il laisse un livre de sou­venirs, écrit en prison : Des illusions… Désil­lu­sions.