Parcours d’une famille juive

Jean-Bernard Fortis

25,00

Les mots sur une histoire.

La genèse de ce récit prend sa source un beau jour de mai 2003 autour d’un café alors que l’ami qui recevait l’auteur faisait passer de mains en mains l’ouvrage qu’il avait réalisé sur l’histoire de sa famille. L’idée d’écrire sur le parcours des siens fut un exercice de longue haleine puisque Jean-Bernard Fortis a voulu rendre hommage à ses parents, à ses grands-parents et à des cousins auxquels il porte une affection particulière. La rencontre de la famille maternelle issue de la bourgeoisie française et juive de l’Oranais avec son père né dans une famille juive italienne implantée depuis quatre cents ans dans cette région féconde où vivaient ceux qu’on appelait les juifs de Livourne ne fut pas le fruit du hasard.

Disponible – En stock


Partager

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Vérités pour l'Histoire

Pages

222

Prix

25

Date

10/09/2020

Format

Livre

Isbn/Ean

9782353744909

Description

Les mots sur une histoire.

La genèse de ce récit prend sa source un beau jour de mai 2003 autour d’un café alors que l’ami qui recevait l’auteur faisait passer de mains en mains l’ouvrage qu’il avait réalisé sur l’histoire de sa famille.

L’idée d’écrire sur le parcours des siens fut un exercice de longue haleine puisque Jean-Bernard Fortis a voulu rendre hommage à ses parents, à ses grands-parents et à des cousins auxquels il porte une affection particulière.

La rencontre de la famille maternelle issue de la bourgeoisie française et juive de l’Oranais avec son père né dans une famille juive italienne implantée depuis quatre cents ans dans cette région féconde où vivaient ceux qu’on appelait les juifs de Livourne ne fut pas le fruit du hasard.

« C’est par rapport à nos textes sacrés que je voudrais expliquer l’union de ma mère et mon père ; en effet, pendant les quarante jours qui précédent la naissance, une voix divine annonce avec qui chaque être s’unira. Nous pouvons observer dans le “Midrach” (allégorie venant illustrer certains passages du Talmud) que l’homme ne sera vraiment homme que lorsqu’il se mariera et sera comblé de joie, de bonheur et de bénédiction. Il en est de même pour l’épouse qui deviendra parfaite et fera alliance durable lorsque celui qui la prend pour femme lui révèle sa destination.

Je voudrais aussi consacrer à mes parents cet autre “Midrach” tiré de la Genèse (Pentateuque 1/16). Dans ce passage, il est relaté la création des Grands Luminaires, le Grand Luminaire représentant le soleil et le Petit Luminaire représentant la lune. C’est dans ce passage que ces deux astres sont à rapprocher du couple (l’homme au soleil et la femme à la lune. La femme s’offusque de ce rang dans l’ombre de son époux, elle va obtenir réparation en regard de ses qualités de modestie et de discrétion. Pour concrétiser cette réparation Dieu a chargé les Serviteurs du Temple d’offrir un sacrifice expiatoire chaque Roch Hodech (Fête de chaque premier jour du mois marquant aussi la nouvelle Lune). C’est ce jour-là que l’époux offre à son épouse la place de choix qui s’impose.

Ma volonté a été de laisser cet écrit sur ma famille à mes enfants et petits-enfants, pour restituer toute la richesse faite de joies, mais aussi d’épreuves en lesquelles ne s’épuise jamais l’admirable volonté de pérennité du peuple juif. »