Trois jeunesses provençales dans la guerre

Luc Deloncle

23,00

40 000 Français ont choisi de servir sous l’uniforme allemand. Ce livre raconte les itinéraires de trois d’entre eux, deux Marseillais et un Vauclusien. Six décennies après leur engagement, ils expliquent leurs choix, les replacent dans le contexte de l’époque.

Disponible – En stock


Partager

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Vérités pour l'Histoire

Pages

214

Prix

23

Date

10/10/2004

Format

Livre

Isbn/Ean

2915461260

Description

À l’occasion des cérémonies du 60e anniversaire des événements de 1944, le peuple français a été in­vité à fêter ceux – soldats américains, soldats français, résistants – qui « ont libéré la France de l’occu­pant nazi ». Mais la situation était-elle aussi simple en 1940, 1941, et même 1944 ? En ce XXIe siècle, ces pères de famille, ces enfants, qui agitaient de petits drapeaux de plastique fournis par les mu­nicipalités au passage des Jeep de collection, auraient été incrédules si on leur avait dit qu’à l’époque, 40 000 Français avaient choisi de servir sous l’uniforme allemand.

Ce livre raconte les itinéraires de trois d’entre eux, deux Marseillais et un Vauclusien, des itinéraires inimaginables pour notre époque.

Le premier, issu d’une famille pauvre, sympathisant du Parti populaire français, est âgé de 19 ans à la déclaration de guerre, et donc non mobilisable. Il veut s’engager dans la Légion étrangère pour combattre les Allemands. Pour une raison indépendante de sa volonté, cela ne se fait pas. On le retrouvera, en 1942, dans la LVF, sous l’uniforme allemand. Comme tous ses camarades, il finira la guerre dans les rangs de la division Charlemagne qui regroupait les Waffen SS français.

Le deuxième, plus jeune, a 10 ans lorsqu’aux côtés de son père, entraîneur d’une équipe sportive, il défile au stade olympique de Berlin devant le Führer, à l’occasion des Jeux Olympiques de 1936. Il découvre l’Allemagne nationale-socialiste, aux antipodes de la France du Front Populaire. En 1943, à 17 ans, il comptera parmi les premiers Français engagés dans la SS.

Le troisième, issu d’une famille nombreuse qui vit de la terre et où on lit L’Action Française, n’a pas encore 17 ans quand les Alliés débarquent en Normandie. La victoire a choisi son camp ; il décide aussitôt de choisir le camp d’en face, et s’engage dans la Milice. Dans les derniers mois de la guerre, lui aussi sera, comme beaucoup de miliciens, versé dans la Waffen SS.

Rescapés de la guerre, ils auront la chance de réchapper aussi aux camps soviétiques, où beaucoup de leurs camarades mourront de froid ou de maladie. De retour en France, ils seront attendus par les tribunaux de l’Épuration…

Ces trois jeunes gens étaient-ils des traîtres ? Des illuminés ? Des paumés ? Ils s’en défendent avec vigueur. Six décennies après leur engagement, ils expliquent leurs choix, les replacent dans le contexte de l’époque. Et ils ne les regrettent pas.

 

Marié et père de deux enfants, Luc Deloncle est journaliste ; passionné d’histoire – surtout celle de la première moitié du XXe siècle – il collectionne les objets relatifs à la IIe Guerre mondiale.