Éléments grecs du christianisme

Antoine Tsamantakis

45,00

Les Chrétiens sont convaincus que leur religion constitue une sim­ple variante du judaïsme. Et il en est de même pour les Juifs qui considèrent que le christianisme a emprunté ses dogmes, ses pratiques cultuelles, et sa morale à leur religion. À première vue cette assertion semble vraie. Une étude approfondie démontre en effet qu’il ne s’agit que d’une apparence. L’évolution des mentalités a rendu aujourd’hui possible le rétablissement sans détours, de la vérité. C’est l’objet du présent ouvrage. Mais sa compréhension requiert une étude succincte de l’ancienne religion grecque.

Disponible – En stock


Partager

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Patrimoine des héritages

Pages

636

Prix

45

Date

10/12/2019

Format

Livre

Isbn/Ean

9782353744527

Description

Les Chrétiens sont convaincus que leur religion constitue une sim­ple variante du judaïsme. Et il en est de même pour les Juifs qui considèrent que le christianisme a emprunté ses dogmes, ses pratiques cultuelles, et sa morale à leur religion. À première vue cette assertion semble vraie. Une étude approfondie démontre en effet qu’il ne s’agit que d’une apparence.

Selon la thèse du grand historien Ernest Renan, les Grecs étaient tellement attachés à leur religion ancestrale qu’ils ne sont jamais devenus véritablement chrétiens. Aussi, malgré ses efforts, l’Église n’a réussi qu’à appliquer sur eux une légère couche de peinture chrétienne. Ses recherches ont révélé que l’ancienne religion greco-latine n’avait aucun rapport avec les fables enseignées aux écoles grecques et lui ont fait découvrir l’insondable ineptie des textes hébraïques sur lesquels est censée être fondée la religion chrétienne. Il a en outre constaté que le christianisme – « religion de l’amour et la non-violence » – avait été imposé aux peuples par la force, au prix d’effroyables persécutions et d’un nombre incalculable de massacres, que son instauration avait entraîné une régression de la civilisation et que (pour complaire à l’Église) personne n’avait jamais tenté de faire connaître la vérité au grand public.

La vérité historique est dans ce domaine tellement éloignée des idées reçues que toute tentative de la rétablir dans sa plénitude est immanquablement vouée à paraître comme une entreprise douteuse.

D’autant que l’application de la critique scientifique à la théologie chrétienne met en cause le dogme de son infaillibilité. Ainsi, tous ceux qui ont tenté de le faire dans le passé se sont efforcés d’atténuer leurs déductions afin que celles-ci ne contrastent pas trop avec les thèses de l’Église. De plus leurs ouvrages qui n’ont paru que dans un petit nom­bre de pays, n’ont pas été connus en dehors d’un cercle restreint de spécialistes.

L’évolution des mentalités a rendu aujourd’hui possible le rétablissement sans détours, de la vérité. C’est l’objet du présent ouvrage. Mais sa compréhension requiert une étude succincte de l’ancienne religion grecque.

 

De formation scientifique, Antoine Tsamantakis n’est pas historien par état, mais passionné par les études historiques, l’idée d’écrire ce livre lui a été donnée par les recherches entreprises pour vérifier le bien-fondé d’une thèse du grand historien Ernest Renan concernant la conversion au christianisme du peuple grec.