Isis ou l’initiation maçonnique

Dr Jean Berchtold-Beaupré

37,00

Le monde profane articule plusieurs griefs plus ou moins fondés contre la Maçonnerie. Plus elle se cache, plus il est curieux, indiscret et sujet à se tromper dans ses appréciations. On lui reproche ses allures étranges, ses mystères, ses formules bizarres, son prétendu secret, sa doctrine ésotérique, ses documents apocryphes, ses épreuves fictives, ses initiations illusoires, son symbolisme antique et suranné, et enfin sa généalogie bâtarde ; car la Maçonnerie est une lame neuve dans un vieux fourreau. La Maçonnerie n’avait point encore répondu d’une manière satisfaisante a tous ces reproches ; sans doute, parce qu’elle les a considérés comme des objurgations hostiles. Elle a continué à se draper dans ses voiles mystiques et à garder une opiniâtre réserve. Aussi, le Dr Jean Berchtold-Beaupré, un philalèthe, a-t-il laissé de côté quelques vices de forme, pour adhèrer de toute son âme à la grande loi d’amour proclamée par la Loge et qui constitue ses assises.

Disponible – En stock


Partager

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Grande Hiérophanie

Pages

476

Prix

37

Date

10/01/2021

Format

Livre

Isbn/Ean

9782353745067

Description

Le monde profane articule plusieurs griefs plus ou moins fondés contre la Maçonnerie. Plus elle se cache, plus il est curieux, indiscret et sujet à se tromper dans ses appréciations. On lui reproche ses allures étranges, ses mystères, ses formules bizarres, son prétendu secret, sa doctrine ésotérique, ses documents apocryphes, ses épreuves fictives, ses initiations illusoires, son symbolisme antique et suranné, et enfin sa généalogie bâtarde ; car la Maçonnerie est une lame neuve dans un vieux fourreau.

Le monde profane lui reproche encore ses théories contradictoires, ses schismes, la grande variété et l’antagonisme de ses rites, l’orgueil de ses prétentions et de ses titres, la quête de patronages dynastiques, mais surtout son abstention ou du moins sa réserve excessive dans les grandes luttes politiques et religieuses du jour.

Il s’étonne de voir l’égalité et la fraternité parquées et circonscrites dans le temple maçonnique, sans se manifester au dehors. Ils se demandent quel peut être le sens d’une Loge militaire et comment les idées de la guerre peuvent se confondre avec les sentiments de la paix.

Il voudrait enfin, qu’une si sainte institution eût le courage de ses doctrines, et qu’elle osât entreprendre de tarir la source des maux, qu’elle prétend guérir.

La Maçonnerie n’avait point encore répondu d’une manière satisfaisante a tous ces reproches ; sans doute, parce qu’elle les a considérés comme des objurgations hostiles. Elle a continué à se draper dans ses voiles mystiques et à garder une opiniâtre réserve.

Aussi, le Dr Jean Berchtold-Beaupré, un philalèthe, a-t-il laissé de côté quelques vices de forme, pour adhèrer de toute son âme à la grande loi d’amour proclamée par la Loge et qui constitue ses assises. Il la considère comme le fondement du bonheur public et il déplore avec l’éloquent d’Israël, qu’on ait si longtemps bouleversé le monde, entassé les révolutions et les ruines, sans la trouver.