Le plus sale boulot

33,00

Guerre d’Algérie 1956-1962

Le plus sale boulot est le reflet d’événements, un récit d’actions de guerre tel qu’il a été vécu intensément par l’intéressé. Pas l’ombre d’un romantisme là-dedans. La vérité crue, rien que la vérité pour décrire des mo­ments de peur et d’angoisse, de sueurs, de larmes et de sang, des joies aussi dans la fraternité des armes. Guy Chabot réalisera le plus beau palmarès au titre du 3e Zoua­ves, à savoir trois citations sur sa Croix de la Valeur Mi­litaire, deux fois blessé par balles, Croix du Com­battant Volontaire, Médaille Militaire pour Servi­ces exceptionnels et enfin Chevalier de la Légion d’hon­neur.

Description

Guerre d’Algérie 1956-1962

L’auteur, Guy Chabot est né en décembre 1937. Qua­trième garçon d’une fratrie de cinq enfants, il sera à l’âge de deux ans orphelin de père. Enfant de troupe à Tulle de 1951 à 1955, il rejoindra volontairement le 3e Bataillon de Zouaves à dix-huit ans dans le Cons­tantinois en Algérie.

Il traversera cette région d’est en ouest, du sud au nord sur le rail, aux ouvertures de voies ferrées, de nuit et de jour, afin de s’assurer que l’itinéraire n’est pas miné. Tout près de la frontière tunisienne, son wagon sautera sur cinq puissantes charges télécom­man­dées. Il résistera un après-midi et une partie de la nuit aux assauts répétés d’une importante bande de fellaghas, refusant de se rendre. Des mines, il va trou­ver. Des accrochages armés avec l’ennemi, il va avoir.

Sergent à dix-neuf ans, il fera six ans de guerre, du début jusqu’à la fin, c’est-à-dire au « cessez-le-feu ».

Le plus sale boulot est le reflet d’événements, un récit d’actions de guerre tel qu’il a été vécu intensément par l’intéressé. Pas l’ombre d’un romantisme là-dedans. La vérité crue, rien que la vérité pour décrire des mo­ments de peur et d’angoisse, de sueurs, de larmes et de sang, des joies aussi dans la fraternité des armes.

Il réalisera le plus beau palmarès au titre du 3e Zoua­ves, à savoir trois citations sur sa Croix de la Valeur Mi­litaire, deux fois blessé par balles, Croix du Com­battant Volontaire, Médaille Militaire pour Servi­ces exceptionnels et enfin Chevalier de la Légion d’hon­neur.

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Vérités Guerre Algérie

Pages

358