La Cendre et la Braise

29,00

Préface de Pierre Montagnon.

Naissance, vie et mort d’un réseau de l’OAS dans la France métropolitaine : action, arrestation, condamnation, prison : voici le témoignage tardif d’un Pieds-noirs dont L’OAS fut la Résistance contre la trahison gaulliste.Naissance, vie et mort d’un réseau de l’OAS dans la France métropolitaine : action, arrestation, condamnation, prison : voici le témoignage tardif d’un Pieds-noirs dont L’OAS fut la Résistance contre la trahison gaulliste.Ce livre-témoignage replace l’action du réseau dans son contexte, explique aussi les motivations d’un engagement et dresse un réquisitoire contre les monuments en carton-pâte de l’histoire officielle, contre les mensonges et les oublis de cette même histoire qui, des vaincus, se plaît à faire des coupables.Aujourd’hui, c’est à ce titre qu’il prend place, en toute modestie, dans l’histoire et la mémoire de l’Algérie française. Pour que vive le souvenir.

Description

Préface de Pierre Montagnon.

Le réseau OAS-EST en métropole (1961/1962)

Naissance, vie et mort d’un réseau de l’OAS dans la France métropolitaine : action, arrestation, condamnation, prison : voici le témoignage tardif d’un Pieds-noirs, de l’un de ceux qui, il y a une quarantaine d’années, ne voulaient pas rendre la place et qui, s’ils ont été vaincus, n’ont pas failli aux leurs. L’OAS fut leur Résistance contre la trahison gaulliste.

Ce livre-témoignage replace l’action du réseau dans son contexte, explique aussi les motivations d’un engagement et dresse un réquisitoire contre les monuments en carton-pâte de l’histoire officielle, contre les mensonges et les oublis de cette même histoire qui, des vaincus, se plaît à faire des coupables.

Certes, au regard de l’immense drame qui a broyé tant d’existences et suscité tant d’héroïsme, cette contribution paraîtra modeste, et modeste le sacrifice de quelques années de leur jeunesse. Ils ont tissé dans l’ombre, dans une vaine course contre le temps et avec des moyens dérisoires, quelques fils d’une histoire tragique, d’une histoire d’amour. C’était il y a plus de cinquante ans, c’était hier.

Aujourd’hui, c’est à ce titre qu’il prend place, en toute modestie, dans l’histoire et la mémoire de l’Algérie française. Pour que vive le souvenir.

 

Plusieurs décennies ont passé depuis que Gérard Lehmann, descendant d’une longue lignée de Français établis en Algérie depuis 1834, a poursuivi au Danemark une carrière universitaire. Il lui a fallu du temps pour revenir aux temps de l’Algérie française. La Cendre et la Braise est le témoignage d’un engagement sans concession. Dans Albert Camus Français d’Algérie, il propose d’un homme et d’une œuvre une image bien différente que celle dont les ténébrions, ainsi nommait-il ses juges-pénitents, gardèrent trop longtemps le monopole. Si Gérard Lehmann s’intéresse aujourd’hui à Hartmut Elsenhans, c’est que ce dernier est en Allemagne le représentant le plus prolixe d’une rhétorique qui, au sujet de l’Algérie française, asservit avec une remarquable constance l’honnêteté intellectuelle aux exigences d’une idéologie. Il était temps que cette constance fût saluée.

Du même auteur,
chez le même éditeur

La Cendre et la Braise, préface de Pierre Montagnon, 2013
Albert Camus Français d’Algérie, 2013
La Guerre d’Algérie manipulée par Hartmut Elsenhans, 2015

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Vérités pour l'Histoire

Pages

326

Prix

29

Date

10/12/2013

Format

Livre

Isbn/Ean

9782353742547