Mines de rien ou Les grandes mystifications du demi-siècle

Pierre-Antoine Cousteau

Préface de Lucien Rebatet, postface de Louis Védrines.

Il y a des mystifications qui aboutissent à des apothéoses, dans les hymnes, les drapeaux, les processions, les défilés, les discours, etc. Ces plaisanteries, on les juge spirituelles ou odieuses selon que l’on en a été ou non la victime. C’est de ces « plaisanteries » que Pierre-Antoine Cousteau, nous entretient ici…


Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Pages

152

Prix

21

Date

10/11/2004

Format

Livre

Isbn/Ean

2913044565

Description

Préface de Lucien Rebatet – Postface de Louis Védrines

Il y a des mystifications qui aboutissent à des apothéoses, dans les hym­nes, les fanfares, les bannières, les drapeaux, les processions, les défilés, les fêtes nationales, les pèlerinages, les discours, les encens, avec cathédrales, parlements, hauts clergés, tombeaux de Saint Pierre, de Wa­shing­ton ou de Lénine, avec cultes, cons­ti­tu­tions, droits iné­bran­lables, pa­tri­moi­­nes sacrés, chefs spirituels et grandes chancelleries de la Légion d’Honneur, On les appelle alors des mystiques.

Ce sont les théogonies, c’est le gouvernement du peuple par le peuple, la déclaration des Droits de l’homme et du citoyen, la prise de la Bastille, la construction du socialisme, la société des Nations, l’ONU, la fourragère rouge à l’épaule des agents de police parisiens.

Il y a d’autres mystifications, apparemment de même nature, assises sur le même res­sort, qui est la crédulité humaine, mais dont les auteurs, n’étant pas Saint Paul, Maho­met, Victor Hugo, ou le général Das­sault, ont révélé les ficelles, après de ré­jouis­­sants succès. On les appelle des plaisanteries, et on les juge spirituelles ou odieuses selon que l’on en a été ou non la victime.

C’est de ces plaisanteries que Pierre-Antoine Cous­teau, nous entretient ici…

 

Du même auteur, chez le même éditeur
Collection « En ce temps-là », dirigée par Marc Laudelout

En ce temps là…, préface de Lucien Rebatet, 2003.
Mines de rien, préface de Lucien Rebatetpostface de Louis Védrines, 2004.
Après le déluge, préface de Marc Laudelout, postface d’André Garnier, 2007.