Mission des Juifs, volume 2

33,00

« C’est ici le plus formidable ouvrage qui ait jamais été écrit sur la tradition judéo-chrétienne. C’est un résumé gigantesque des connaissances antiques, auquel on est obligé de se référer constamment pour l’étude de l’ésotérisme en toutes ses branches » (Caillet, 9813).

Disponible – En stock


Partager

Informations complémentaires

Editeur

Collection

Grande Hiérophanie

Pages

432

Prix

33

Date

10/06/2020

Format

Livre

Isbn/Ean

9782353744213

Description

« C’est ici le plus formidable ouvrage qui ait jamais été écrit sur la tradition judéo-chrétienne. C’est un résumé gigantesque des connaissances antiques, auquel on est obligé de se référer constamment pour l’étude de l’ésotérisme en toutes ses branches » (Caillet, 9813).

C’est en révélant les mécanismes du passé que l’on est à même de corriger le présent, comme pour mieux formuler l’avenir.

Mission des Juifs propose cette savante exploration historique et sociologique dans une relecture des temps qui précédèrent la Chrétienté, jus­qu’à la destruction du Temple de Jérusalem.

Certains y virent une énième tentative encyclopédique basée sur un argumentaire empirique imbriquant une multitude de faits (soigneusement choisis) dans une logique révisionniste (Jésus perçu ici comme un prophète et non comme l’Incarnation), faisant fi de ses précédents ouvrages.

D’autres s’interrogèrent sur cette singulière mise en lumière des préludes de l’ère chrétienne, plagiat suggéré de l’Histoire philosophique du genre humain de Fabre d’Olivet, à moins qu’il ne s’agisse d’une interprétation ?

En 1884, il publia la Mission des Juifs qui reprend le cadre historique de « l’Histoire philosophique du genre humain » de Fabre d’Olivet (empire de Ram, schisme d’Irshou, histoire d’Israël…) et s’étend sur soixante-quatorze siècles d’expériences antérieures à la Chrétienté. Cet ouvrage, fort remarqué dans le milieu occultiste, lui valut de rencontrer le Dr Gérard Encausse, alias Papus.

Il faut remarquer à ce propos que Saint-Yves ne s’est jamais regardé comme un occultiste : « La vérité est qu’il n’y a pas de sciences occultes, car ce qui est scientifique cesse d’être occulte, et ce qui est occulte cesse de l’être en devenant scientifique. »

Trop d’auteurs ont assuré du contraire sans prendre garde à la position de Saint-Yves sur le sujet. Faut-il dire, par ailleurs, qu’il n’y a aucun aspect antisémite dans ce livre ?

L’auteur est considéré comme le père de la Synarchie : La Synarchie est une forme de gouvernement qui distingue l’autorité du pouvoir : ceux qui ont le pouvoir sont subordonnés à ceux qui ont l’Autorité. Saint-Yves d’Alveydre distingue ainsi le pouvoir de l’autorité : « L’Autorité proprement dite n’appartient jamais à la force. La politique en est essentiellement dépourvue. Pour rendre plus sensible la différence du Pouvoir et de l’Autorité, je prendrai pour milieu d’observation la Famille. Le père exerce le Pouvoir sur ses fils, la mère et le grand-père l’Autorité. Dès que cette dernière, tout intellectuelle, toute morale, emploie directement la force, soit dans la Famille, soit dans la Société, elle se perd en se confondant avec le Pouvoir. »

Le terme synarchie désigne deux réalités qui semblent différentes : d’une part, dans son sens courant, une société politique secrète, réelle ou supposée, évoquée en France dans les années 1930-1940, qui serait liée à l’émergence du mouvement technocratique. D’autre part, dans un sens moins connu, un forme théorique de gouvernement proposée par le Français Joseph Alexandre Saint-Yves d’Alveydre (1842-1909) qui écrivit à la fin du XIXe siècle plusieurs livres exposant la théorie de la Synarchie. Il avait l’espoir de voir la Synarchie se réaliser comme une organisation européenne capable d’empêcher les guerres du XXe siècle qu’il pressentait et comme organisation intérieure de chaque nation européenne, de la France en particulier. Aucun de ces espoirs ne se réalisa, mais certains estiment que ses théories conservent une validité. ‎

 

Joseph Alexandre Saint-Yves d’Alveydre (26 mars 1842 à Paris – 5 février 1909 à Pau) est un occultiste français. Héritier de Fabre d’Olivet, il a à son tour influencé Papus et Stanislas de Guaita. Franc-tireur de l’histoire, historien de la tradition, ses œuvres reflètent une analyse originale de l’en­chaînement psychologique des causes et des effets qui tissent les schémas socio-politiques de l’his­toire des hommes.

 

Du même auteur,
chez le même éditeur

Mission de l’Inde en Europe (La question du Mahatma et sa solution), préface d’Yves-Fred Boisset.

Mission des Juifs, volume 1préface de Richard Raczynski

Mission des Juifs, volume 2

Mission des Souverainspréface de Richard Raczynski