Bal(l)ades vénitiennes

21,00

Préface d’Alain Sanders.

Venise par le petit bout de la lorgnette, ou encore : Venise par le trou de la serrure. Ces ballades vénitiennes ne nous donnent aucune leçon d’histoire de l’art ou d’histoire tout court ; elles nous initient à un art de vivre. Son ouvrage est fait de « cartes postales » écrites sur place. Elles sont autant de tableautins qui fixent la vie qui s’écoule et nous permettent de rêver Venise plus encore que de la découvrir. Nous nous approchons de la Sérénissime non pas avec des idées ou des connaissances mais comme des êtres sentant qui savent voir les couleurs à Burano, entendre le silence d’une ville sans voitures ou goûter à cette gastronomie si légère et si originale, qui est un carnaval pour le palais. Ce livre vous apprendra la vie venezianamente. ________________________________________________________________

Description

Préface d’Alain Sanders.

Petit guide sentimental au cœur de la Sérénissime

Dans Vive Venise (Solar, 1992), Jean Raspail écrit : « Il n’existe pas de recette pour aborder Venise, sinon d’éviter la foule, ce qui n’est pas impossible, et d’y conduire ses pas en homme libre, dégagé des clichés imposés. »

Pas de recette, certes, mais quelques – bons – conseils puisés auprès de ceux qui aiment Venise. Qui la connaissent par cœur, ce qui est bien. Mais surtout avec le cœur, ce qui est mieux.

Et c’est là qu’il faut aller frapper à la porte de François de Crécy. Dire de lui qu’il aime Venise serait encore peu dire. Il respire Venise. Il exalte Venise. Il est de Venise. Il nous l’a déjà prouvé avec son Venise (éditions de Paris, 2001) et un superbe Veneziamente (éditions du Rocher, 2005). Il le prouve derechef avec ces Bal(l)ades vénitiennes, véritable chant d’amour à la Sérénissime.

 Bal(l)ades vénitiennes est un livre érudit et sensible. érudit parce que la grande Histoire (et celle de la papauté) est présente à chaque page. Sensible parce qu’il n’omet rien de la petite histoire et des lieux cachés que le touriste de passage ne connaîtra jamais. C’est Venise avec le cœur et l’esprit. En usant la semelle de ses souliers. Venise ne se donne pas au premier venu. Elle se mérite. François de Crécy lui a fait la cour avec délicatesse et humilité. Et ils se sont mutuellement séduits.

Après de longues hésitations, François de Crécy découvre Venise en 1997. C’est le début d’une fréquentation assidue de la Sérénissime et de sa lagune. Au cours de ses très nombreux et longs séjours, il écrit livres et articles pour diverses publications.

« Au cœur de la Sérénissime Au fil des ans, François de Crécy s’est affirmé comme l’un des meilleurs connaisseurs de Venise. Il n’ignore rien de la cité des Doges : ni son histoire, ni sa diplomatie, ni sa gastronomie, ni ses hommes de Lettres, ni ses artistes, ni ses saints, ni ses admirateurs. Il connaît aussi, hélas, ses problèmes contemporains et tout ce qui menace l’avenir de la Sérénissime. Cette érudition immense n’est jamais pesante, bien au contraire. C’est avec une verve exquise non dénuée d’une pointe d’humour qu’il se fait le guide de ses lecteurs, bientôt émerveillés.

À sa suite, vous parcourrez le Grand Canal et le Dorsoduro, embarquerez vers Burano ou Torcello, aurez au passage une pensée émue pour ces îlots aujourd’hui engloutis dont les trésors dorment désormais sous les eaux de la lagune, maudirez les monstrueux paquebots qui envahissent les lieux, ou les initiatives malencontreuses de la compagnie des vaporetti, vous initierez aux spécialités locales à des tables choisies où il pourrait être utile de se recommander de lui… Loin des pièges à touristes, François de Crécy vit en Vénitien quelques semaines par an, et vous invite à l’imiter. Vous ne regretterez sûrement pas l’aventure » (Anne Bernet, La Nouvelle Revue d’Histoire).

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

L'Étoile du berger

Pages

133

Prix

21

Date

10/10/2015

Format

Livre

Isbn/Ean

9782357910706