De la Berbérie à l’Algérie

35,00

Des origines à Bouteflika. Un pays, un peuple, pas encore une nation

L’auteur veut faire connaître aux Pieds-noirs (mais aussi aux Métro­politains et aux Algériens, prisonniers d’une histoire gaullienne ou révolutionnaire), leur histoire et la fin inéluctable de leur Algérie.

Description

Des origines à Bouteflika Un pays, un peuple, pas encore une nation

«  À l’usage de ceux qui ne savaient pas
et ne voulaient pas savoir,
et de ceux qui savaient ou croyaient savoir »

L’auteur veut faire connaître, parfois d’une façon volontairement provocatrice, aux Pieds-noirs (mais aussi aux Métropolitains et aux Algériens, prisonniers d’une histoire gaullienne ou révolutionnaire), leur histoire et la fin inéluctable de leur Algérie. Ils ont été les victimes d’un système inégalitaire qu’ils n’ont pas eux-mêmes construit, mais qui leur a convenu, que leurs élus ont contribué à maintenir au nom de leurs inté­rêts et victimes d’une image de colonialistes colportée par le contingent et l’intelligentsia mé­tropolitaine durant les années de guerre. L’Algérie actuelle n’est pas la leur, ils n’ont à cet égard rien à regretter.

L’auteur retrace l’histoire d’un peuple de la période phénicienne à Boutéflika… Peuple qui ne s’est jamais autant réalisé et intégré que sous domination étrangère : phénicienne, romaine, vandale, byzantine, arabe, turc et française…

En réalité, les Pieds-noirs ont été les jouets d’une politique parisienne changeante, dont parfois ils ont tiré les ficelles sans maîtriser les commandes : l’appel à Charles De Gaulle a permis à celui-ci de revenir au Pouvoir, mais il ne leur pardonnera pas leur empathie pour le maréchal Pétain et le général Giraud, aussi les « lâchera »-t-il lamentablement en 1962 en même temps que les Harkis…

La guerre d’Algérie a déjà été longuement disséquée, mais ce document s’attache à certains de ses aspects : la question de la torture, les massacres, les porteurs de valise, l’action des SAS, le sort des Harkis, le retour et l’accueil des Pieds-noirs en France…

De Ben Bella à Bouteflika l’indépendance du pays a été confisquée par une armée et un pouvoir corrompus (parfois avec notre complicité), qui n’ont cessé d’attiser les passions pour faire oublier au peuple algérien qu’il est enfermé dans un système archaïque et corrompu, un régime policier où la presse et les jeunes sont muselés, un champ clos de tortures et de massacres (250 000 morts et 50 000 disparus depuis 1992) au nom d’ appétits démesurés pour le Pouvoir et l’argent de la manne pétrolière…

Le printemps d’émancipation (ou l’hiver islamiste) des peuples arabes de Tunisie, d’Égypte, du Yémen, de Syrie, de Libye, du Maroc… n’a curieusement pas touché l’Algérie : les quelques manifestations de mécontentement ont été étouffées rapidement par l’armée et la police… jusqu’à quand ?

 

Jean-Pierre Aprico, originaire de Haute-Marne, a vécu toute son adolescence en Algérie où son père était fonctionnaire de Police (1950-1959).

Du même auteur
chez le même éditeur

 

Touareg, massacre à l’uranium, 2009 (Livre figurant dans la documentation du CNRS à l’Institut centre royal de la culture Amazhig à Rabat, au centre documentaire de l’Université de Francfort).

De la Berbérie à l’Algérie. Des origines à Bouteflika Un pays, un peuple, pas encore une nation, 2012

Laïcité et Islam. Une cohabitation contre naturepréface de Philippe Randa, 2018

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Vérités pour l'Histoire

Pages

420

Prix

35

Date

10/04/2012

Format

Livre

Isbn/Ean

9782353742172