Mémoires

26,00

Préface de Simone Mittre.

Fernand de Brinon a été journaliste, chef des services de politique étrangère à L’Infor­mation grâce à un excellent réseau relationnel outre-Rhin. Après l’Armistice, il prône la collaboration avec le iiie Reich et devient le 18 décembre 1940 délégué général du gouvernement de Vichy auprès des autorités d’occupation à Paris avec le rang de secrétaire d’État à partir de 1942.

Disponible – En stock

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Documents pour l'Histoire

Pages

278

Prix

26

Date

10/03/2001

Format

Livre

Isbn/Ean

2913044352

Description

Préface de Simone Mittre.

Né le 16 août 1885 à Libourne, partisan d’un rap­pro­chement franco-alle­mand dès 1920, Fer­nand de Brinon est, dans les années trente, journaliste, chef des services de politique étrangère à L’In­­for­ma­tion grâce à un excel­lent réseau relationnel outre-Rhin.

En 1934 paraît en Allemagne la traduction de son livre France-Alle­­­magne, tandis que proche d’Otto Abetz, il est un des fondateurs, l’année suivante, du comité France-Alle­ma­gne.

Après l’Ar­mistice, il prône la collaboration avec le IIIe Reich et devient le 18 décem­bre 1940 délégué général du gouvernement de Vichy auprès des autorités d’oc­cupa­­tion à Paris avec le rang de secré­taire d’État à partir de 1942. Il occupe ses fonctions jusqu’à la fin de la guerre. Il préside le Comité central de la Légion des Volontaires Français contre le bolchevisme et apparaît rapide­ment comme un des éléments les plus ultra de la colla­bo­ration.

Réfugié à Sigmaringen, il tente de maintenir vaille que vaille un gouvernement français en exil, malgré le refus du maréchal Pétain. La Suisse refusant de l’accueillir, il se livre le 8 mai 1945 aux Améri­cains. Il est ramené en France en mai 1945, condamné à mort par la Haute Cour de justice le 6 mars 1947 et exécuté au fort de Mon­trouge le 15 avril 1947.