Division Azul ! 12 ans en enfer

26,00

Préface de Pierre d’Arribère
Avant-propos d’Olivier Grimaldi Président du Cercle Franco-hispanique

Ancien combattant dans les troupes mobiles des phalanges d’Aragon durant la guerre civile espagnole, le capitaine Teodoro Palacios Cueto est capitaine dans la «Division Bleue» sur le Front de l’est ; à l’instar de tous les volontaires de celle-ci, il se comporte héroïquement sur le front avant d’être fait prisonnier à Krasny Bor à la tête de sa 5e Compagnie.

Disponible – En stock

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Documents pour l'Histoire

Pages

239

Prix

26

Date

10/09/1999

Format

Livre

Isbn/Ean

2913044174

Description

Préface de Pierre d’Arribère
Avant-propos d’Olivier Grimaldi, Président du Cercle Franco-hispanique

(Mémoires recueillies par Torcuato Luca de Tena)

3954 tués au combat. 8466 blessés. 326 disparus. 350 prisonniers rapatriés par la Croix Rouge en 1954 parmi lesquels le héros de ce livre. 34000 volontaires entre 1941 et 1943. 1500 qui refusent de ren­trer en Espagne en 1943 malgré les ordres du Caudillo. 150 qui ter­mineront les combats dans les ruines de Berlin en 1945 et quelques-uns du côté de Triestre et de Brenerro 8 Croix de Saint- Ferdinand avec palmes, 52 médailles militaires individuelles remises en Russie par les autorités espagnoles. 135 Croix de Fer de première classe, 2372 Croix de Fer de deu­xiè­me classe et 16 Croix du Mérite de Guerre attribuées sur les champs de bataille par l’Allemagne.

Pourquoi la Division Azul, unité d’élite, fut-elle la plus dis­tin­guée parmi les Corps étrangers ? Certainement parce que cette « IXe Croi­sade » s’inscrivait pour les phalangistes dans la suite logique de « leur » Croisade victorieuse du 18 juillet 1936. Ne fallait-il pas ren­dre aux soviétiques une visite de courtoisie !

 

Ancien combattant dans les troupes mobiles des phalanges d’Aragon durant la guerre civile espagnole, Thomas Palacios Cuesta est capitaine dans la « Division Bleue » sur le Front de l’est ; à l’instar de tous les volontaires de celle-ci, le capi­tai­ne Palacios, se comporte héroïquement sur le front avant d’être fait prisonnier à Krasny Bor à la tête de sa 5e Compagnie. En captivité, il demeure un chef pour ses camarades d’in­for­tune. Un soldat politique qui résiste avec efficacité à ses tor­tion­naires. Dans l’enfer concentrationnaire, il poursuit la lutte pour la civilisation européenne contre la religion marxiste. Martyr triomphant d’une énième Croisade, il est accueilli en vainqueur à son retour au pays en 1954.

 

Sur le même sujet
aux éditions Dualpha

Croisés d’un idéal (Volontaires espagnols de la Waffen SS, Heer et Kriegsmarine (1944-1945) de Jean-Pierre Sourd, Préface d’Erik Norling