Salazar et l’État nouveau (1933-1939)

Charles Chesnelong

21,00

Préface de Jean-Claude Rolinat.
Le livre de Charles Chesnelong couvre la période de vie d’Oliveira Salazar seulement jusqu’à l’année 1939. Il a l’immense mérite de bien détailler les origines modestes du professeur et de raconter son ascension jusqu’au plus haut sommet de l’État portugais. Oliveira Salazar installa au Portugal son Estado Novo, « État nouveau », après le plébiscite victorieux du 19 mars 1933. Cette nouvelle constitution allait révolutionner le pays, lui donnant des institutions ayant les caractéristiques d’un État autoritaire.

L’État nouveau reposait sur le principe de la démocratie organique : fini les partis politiques qui avaient fait tant de mal au Portugal, bienvenue à l’Union nationale et aux « chemises vertes », la légion portugaise, ainsi qu’au au corporatisme. Sans oublier la Mocidade, un mouvement de jeunesse.

Disponible – En stock


Partager

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Documents pour l'Histoire

Pages

184

Prix

21

Date

10/03/2021

Format

Livre

Isbn/Ean

9782360061327

Description

Préface de Jean-Claude Rolinat.

Oliveira Salazar installa au Portugal son Estado Novo, « État nouveau », après le plébiscite victorieux du 19 mars 1933. Cette nouvelle constitution allait révolutionner le pays, lui donnant des institutions ayant les caractéristiques d’un État autoritaire.

L’État nouveau reposait sur le principe de la démocratie organique : fini les partis politiques qui avaient fait tant de mal au Portugal, bienvenue à l’Union nationale et aux « chemises vertes », la légion portugaise, ainsi qu’au au corporatisme. Sans oublier la Mocidade, un mouvement de jeunesse.

Si l’organisation syndicale était sensiblement similaire à celle de l’Italie fasciste, le caractère profondément catholique, à l’époque, de la société portugaise, l’écartait en revanche totalement du césarisme païen du nazisme. Et le culte de la personnalité était d’une imperceptible discrétion, rien à voir avec les démonstrations gigantesques d’un Mussolini ou d’un Perón, tout dans la modestie !

Le livre de Charles Chesnelong couvre la période de vie d’Oliveira Salazar seulement jusqu’à l’année 1939. Il a l’immense mérite de bien détailler les origines modestes du professeur et de raconter son ascension jusqu’au plus haut sommet de l’État portugais avec, en prime, une journée de la vie du président du conseil racontée presque heure par heure ! Le seul regret qu’il apporte est de ne pas couvrir la période contemporaine et pour cause, son livre est paru juste avant la déclaration de guerre !

Loin des clichés habituels véhiculés par les ennemis de la tradition, cette biographie bien qu’amputée d’une bonne vingtaine d’années, est de nature à donner des munitions aux avocats tentés de défendre la cause du Portugal salazariste, comme d’informer le lecteur honnête, avide d’échapper au « politiquement correct » !