Ça aussi, c’était De Gaulle !

Guy Forzy

65,00

Les pages « rouges sang » du gaullisme : l’auteur décortique la vie et l’action de Charles De Gaulle, de la 1re GM (où, alors lieutenant, il fut le seul officier à se rendre à l’ennemi durant la bataille de Verdun) à la 2e (où toute son action ne fut guidée que par l’ambition personnelle, les complots, la trahison et l’imposture), puis son retour programmé au moment des « événements d’Algérie ».

Disponible – En stock


Partager

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Vérités pour l'Histoire

Pages

888

Prix

65

Date

10/08/2004

Format

Livre

Isbn/Ean

291546121X

Description

Prix Véritas 2003

Des hommes ont disposé, si injustement, si vio­lem­ment, de territoires, de vies, de biens et d’une œuvre exemplaire ainsi que d’un patri­moine publique et privé, et les ont bradés dans les pires conditions… Charles De Gaulle a pu ainsi « dominer », surtout qu’il a aussi « fait » et « dit » l’His­toire amendée et présentée à sa façon. Ce dogme établi, il ne peut agir qu’en fonction de la Raison d’État, à laquelle il adjoint le concept nouveau du « Sens et du Vent de l’Histoire », défini et inter­­prété selon ses seules vues ! Coura­geu­sement, l’auteur ap­porte sa contradiction. Il réplique aux habituels panégyriques.

Il contre les idées reçues, admises et entretenues par une propagande qui prétend atteindre à la « légende ». Il démontre ce qu’était le carac­tère de l’homme, ses humeurs, ses reniements, ses rancœurs, ses mises en scène et sa soif de vaincre. Un livre qui apporte un éclairage à tous ceux qui veulent se fonder une opinion sur l’histoire de la France et de l’Algérie en recherchant à reconstituer la vérité historique.

L’auteur, témoin et acteur, mais aussi victime à plus d’un titre, estime qu’il n’est pas déraisonnable, malgré l’ingratitude de la tâche, de montrer comment, pourquoi et par quels procédés se sont déroulés ces tragiques épisodes de l’Histoire de France et de son prolongement en la province d’Algérie.

 

Guy Forzy est né au Douar Beni-Maïda (Tiaret) en Algé­rie. À 18 ans, il participe au sein de l’armée d’Afrique à la libération de la France et ira jusqu’en Alle­ma­gne. Engagé à nouveau en 1955, il est officier de renseignement dans l’Ouar­senis. En 1960, il prend part à l’insurrection des barricades d’Alger, puis rejoint l’armée française en Kabylie. Expul­sée d’Algérie, il crée l’Union des comités de défense des agriculteurs rapatriés, puis, en 1975, avec Jacques Roseau, le RECOURS-France (Ras­sem­­blement et Coordi­nation Unitaire des Rapatriés et Spo­liés). En 1984, à l’occasion du 50e an­ni­ver­saire du débarquement en Provence, il crée « Mé­moire de la France d’Outre-mer ». Il est Comman­deur de la Légion d’Honneur. De 1995 à 1997, il est délégué interministériel aux rapatriés.