Dictature sanitaire « La vie est bêle »

Ignace

24,00

Préface de Xavier Guénant
Tous les jours, dans différents médias non-conformistes, Ignace, dessinateur de talent croque avec à-propos et insolence l’actualité.
Dans ce nouvel album, vous retrouverez ses meilleurs dessins de l’année 2020. Un régal.

Disponible – En stock


Partager

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Bouquins de Synthèse

Pages

220

Prix

24

Date

10/11/2020

Format

Livre

Isbn/Ean

9782367980713

Description

Préface de Xavier Guénant

Tous les jours, dans différents médias non-conformistes, Ignace, dessinateur de talent croque avec à-propos et insolence l’actualité. Dans ce nouvel album, vous retrouverez ses meilleurs dessins de l’année 2020. Un régal. Recueil des dessins de décembre 2019 à novembre 2020.

Environ 600 dessins.

La préface : « ‌Lorsqu’il y a cinquante ans, je lisais 1984 de George Orwell et Le meilleur des Mondes d’Aldous Huxley, j’étais en pleine science-fiction. Vingt ans plus tard, c’était devenu de la fiction, dix ans après, une anticipation. Nous vivons dans une dictature larvée qui se cache derrière son doigt.

Heureusement, quelques Gaulois de tous bords résistent. À l’heure où Anastasie pointe le bout de ses ciseaux, certains dessinateurs de presse nous en libèrent. Les censeurs veulent remettre sur l’écheveau la loi de 1881, Ignace, quotidiennement, prend sa plu-me pour nous en libérer d’un trait assumé, assuré, percutant mais jamais méchant. L’humour et le calembour sont ses armes…

Peut-on rire de tout ? Oui. Peut-on se moquer de tout ? Oui… et c’est avec succès qu’Ignace dans ce nouveau recueil, le troisième, nous fait nous esclaffer sur le ton de la plaisanterie et avec beaucoup d’esprit et énormément de tendresse de tout.

À l’heure où des baveux de journaleux jouent les corbeaux auprès des forces de l’ordre, à l’heure où des écrivains sont bannis par les GAFA, à l’heure où certains politiques s’ingénient de manière pernicieuse à bâillonner la libre parole et le libre trait, Ignace combat le « quart d’heure de haine » par des heures d’humour et de rire avec son crayon » (Xavier Guénant).