Et De Gaulle créa « DE GAULLE »

20,00

Le parcours militaire comme politique du général est analysé selon une logique scrupuleuse. Pour débuter, l’auteur s’attaque à la légende du comportement du capitaine De Gaulle à Verdun : il nous présente le témoignage objectif de l’officier allemand l’ayant fait prisonnier. Mais c’est la guerre d’Algérie qui expose le mieux le ressort du comportement politique du fondateur de la République ; il passe par degrés du «Vive l’Algérie française» de Mostaganem en 1958 à « L’Algérie sera un état souverain » en 1961. La finalité de ce livre est inscrite dans son titre. Gilles Buscia nous démontre l’imposture de la « légende » gaullienne. Légende créée par De Gaulle lui-même (en cela il était un maître es communication) ou ses thuriféraires pour une seule gloire, une seule réussite : la sienne. Ses discours grandiloquents n’étaient que poudre aux yeux : qu’importait pour lui la France, sa seule ambition était d’être porté au pinacle. Sa vie fut une gigantesque escroquerie, magistralement orchestrée, réussissant à faire croire qu’il fut un soldat alors qu’il n’était qu’un militaire, qu’il fut un héros en 1916 alors qu’il s’est lamentablement rendu aux Allemands sans se battre. En 1940, il fit passer sa trahison et son imposture pour une vision éclairée de ce que sera la Résistance.

Catégories : , , Étiquette :

Description

La finalité de ce livre est inscrite dans son titre : Et De Gaulle créa « DE GAULLE ». Le lecteur est invité à découvrir l’imposture qui a créé la légende dont De Gaulle a été le principal artisan. Son parcours militaire, mais surtout politique, est analysé depuis 1940 lorsque le personnage, maître de l’illusion, créa celui qui devint, dans l’imaginaire collectif, « le plus illustre des Français ».

Sont aussi exposées les conséquences pour la France de la « poli-tique gaullienne », qui a privé notre pays de ses sources d’énergie en abandonnant le Sahara, et semé les germes de l’immigration et du futur « grand remplacement ».

La France fédérale regroupant la Métropole, l’Algérie et les pays de l’ex-Union française, solution envisagée par De Gaulle en 1947 et à laquelle il a renoncé pour tenter de devenir le leader du tiers-monde – dérision ! – eut pourtant évité à notre pays, et aussi à l’Europe, le déclin.

Cet ouvrage n’est pas seulement destiné à abattre la statue de plâtre qu’il a lui-même édifiée. Il souhaite aider les Français à ouvrir les yeux, à découvrir la vraie personnalité de De Gaulle et à prendre conscience des conséquences de son action.

Né en 1938, Gilles Buscia, ancien parachutiste, a participé à tous les combats pour l’Algérie française : Comités de Salut Public en 1958, putsch d’avril 1961, OAS (il dirigea la branche « action » en Métropole), missions en Algérie visant le FLN, en liaison avec le BEL, évadé en 1963, condamné à mort, repris en 1965, libéré le 15 juin 1968. Directeur de société, consultant en sécurité, il fut durant six ans chargé de mission au Cabinet du maire de Nice. Il est aussi l’auteur de deux ouvrages consacrés aux combats de l’OAS.

Du même auteur
aux éditions Dualpha

Au nom de l’OAS. Requiem pour une cause perdue

aux éditions de l’Atelier Fol’Fer

Et De Gaulle créa « DE GAULLE »

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Xénophon

Pages

200

Prix

20

Date

10/10/2017

Format

Livre

Isbn/Ean

9782357910980