Des sursauts du IIIe Reich à l’exil argentin (Année 1945-Année 1952)

Hans Ulrich Rudel

31,00

L’as de la Luftwaffe revient sur les derniers mois de la guerre, les entrevues avec Hitler, les derniers soubresauts de la Wehrmacht… Puis, il raconte son existence de conseiller militaire de l’avia­tion ar­gen­tine… En 1948, il fonde, à Buenos Aires, le « Ka­me­radenwerk », une orga­nisation d’aide aux vaincus tra­qués… »


Disponible – En stock

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Documents pour l'Histoire

Pages

322

Prix

31

Date

10/06/2015

Format

Livre

Isbn/Ean

9782360060832

Description

Hans-Ulrich Rudel (2 juillet 1916 – 18 décembre 1982) est le militaire allemand le plus décoré de la IIe Guerre mondiale et le seul à avoir été décoré de la Croix de chevalier de la Croix de fer avec feuilles de chêne en or, épées et diamants.

Au total, Rudel a réalisé plus de deux mille sorties sur presque tous types de Ju 87 et environ 400 à bord du Focke-Wulf 190, soit un total de 2 530 missions de combat, représentant tou­jours un record mondial. Il a détruit près de 2 000 cibles au sol (dont 519 chars), mais on compte également parmi ses vic­toires un cuirassé, deux croiseurs et un destroyer ainsi que 9 vic­toires aériennes homologuées. Il a été abattu 32 fois (der­rière les lignes ennemies), mais est toujours parvenu à s’échap­per malgré les 100 000 roubles de récompense que Staline en personne avait placés sur sa tête.

Les aviateurs alliés disaient de lui : « C’est le plus grand de nos adver­saires. »

Après Pilote de stukas, le grand as de la Luftwaffe, l’homme qui, amputé d’une jambe, continuait à détruire les chars soviétiques, revient dans Des sursauts du IIIe Reich à l’exil argentin. Année 1945 – Année 1952 sur les six derniers mois de la guerre à l’Est, le combat déses­péré contre le déferlement de l’Armée Rouge, les entrevues poignantes avec un Hitler désemparé, les derniers soubresauts de la Wehrmacht et sa captivité…

Puis, il raconte son existence d’émigré – empreinte d’une nos­tal­­­gie que ne saurait dissiper la charge de conseiller militaire de l’avia­tion ar­gen­tine… En 1948, il fonde, à Buenos Aires, le « Ka­me­radenwerk », une orga­nisation d’aide aux vaincus tra­qués…

Du même auteur
chez le même éditeur

Pilote de stukas, 2008