L’Islam face à la Gaule (La Chaussée des Martyrs)

25,00

Une étude des tentatives de conquête de la Gaule par les musulmans au VIIIe siècle. L’auteur met en lumière le rôle du duc Eudes d’Aquitaine au cours les batailles de Toulouse en 721 et de Poitiers en 732. Il explique que l’importance accordée à Charles Martel dans ces victoires a été amplifiée par l’historiographie au détriment d’Eudes.

Disponible – En stock

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Vérités pour l'Histoire

Pages

218

Prix

25

Date

10/07/2012

Format

Livre

Isbn/Ean

9782353742257

Description

«  Le Ministère de l’Éducation nationale a fait reti­rer Char­les Martel de l’enseignement scolaire.
En ces temps du politiquement correct, on en de­vine les rai­­sons.
Ce livre acquiert de ce fait un intérêt particulier, celui du devoir de mémoire ! »

— Allah akbar !
5000 poitrines clament ce cri en se lançant à l’assaut de la Gaule.
Nous sommes en juin 721, et le duc Eudes d’Aquitaine voit monter devant Toulouse la marée sarrasine. Charles « Martel », qui veut sa perte, l’a abandonné. Après six mois de siège, la bataille sera d’une violence inouïe. 3875 musulmans et 1203 chrétiens y laisseront la vie, ainsi que l’émir Essamh ibn Malik. Les lambeaux de l’armée islamique refluent alors vers Narbonne. Le rêve de la conquête musulmane de la Gaule gît, brisé, sur « La Chaussée des Martyrs ».
Et Poitiers en 732 ? Ce fut une rude bataille, mais le rezzou arabe de 7 000 fédayins, commandé par le nouvel émir Abder Rahman El Gharifi, fut à son tour détruit par les forces d’Eudes d’Aquitaine et de Charles Martel, alliés pour une fois. Seulement les Mérovingiens devenus « fainéants », allaient être remplacés par les Carolingiens, soutenus par l’Eglise, et le duc Eudes d’Aquitaine ruiné par les ravages des musulmans dû accepter la suzeraineté du royaume Franc. Devenu le sauveur de l’Occident et de la chrétienté, Charles Martel se servit de ce marchepied pour construire son ambition.

Mais cette victoire commune n’a pas eu pour les arabes l’importance qu’on lui attribue, car ce fut à Toulouse et non à Poitiers que la tentative de conquête musulmane fut stoppée, et c’est ce qu’a découvert le Professeur Forado. En effectuant un travail de recherches approfondies dans les archives du Haut Moyen Âge, le Professeur Sydney Forado, mit en lumière ce que les apologistes de Charles Martel avaient travesti. Redonnant un intérêt historique à cette période méconnue.

Intégrant ces découvertes, retraçant la pression musulmane de la Méditerranée à l’Atlantique, l’accord entre le prince Eudes d’Aquitaine et le gouverneur berbère de Narbonne, le traité de 720 imposé à Eudes par Charles « Martel », les batailles de Toulouse et de Poitiers…. Gilbert Sincyr nous fait vivre en direct l’histoire de la tentative islamique de con­quête de la Gaule au viiie siècle, et l’arrivée d’une nouvelle dynastie à la tête du royaume Franc.

Passionnant et instructif.

 

Gilbert Sincyr, décédé en 2014, était ingénieur et historien. De 1958 à 1961, il a servi en Algérie dans le commando de chasse Maurice, sous les ordres du colonel Bigeard (1 citation), puis dans le Renseignement militaire. Aux côtés du général Salan, il fit parti de ceux qui refusèrent l’abandon de leurs camarades Harkis, aux couteaux du FLN. Écologiste convaincu, dès 1977 il rejoignait le Groupe Paul-Émile Victor et la Fondation Cousteau. Ancien animateur de la Nouvelle Droite, et Président européen de la Fédération des Activités Culturelles Européennes, il a toujours défendu le droit des peuples à l’identité et à la culture.

Du même auteur
chez le même éditeur

Aetius, le vainqueur d’Attila, préface d’André Lama
André Fontès héros de la guerre de l’ombre
L’Islam face à la Gaule (La chaussée des martyrs)
Clovis, le premier Français, préface d Georges Feltin-Tracol

aux Amis du Livre Européen

Force & Honneur. Ces batailles qui ont fait la grandeur de la France et de l’Europe (ouvrage collectif)

Aux éditions L’Æncre

Le Paganisme. Recours spirituel et identitaire de l’Europe, préface d’Alain de Benoist
Et Dieu a dit : « Je regrette ! »