Embarcadère pour un océan

Maxime Delettre

23,00

Maxime Delettre est un écrivain identitaire, au style littéraire alternatif reliant deux mondes. L’un fait de prose poétique en ses propres échappées, en concubinage avec une verve plus musclée, pour illustrer un monde à la merci et sous l’emprise de l’homme, en ses travers, manifesté.

Disponible – En stock


Partager

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Méandres

Pages

244

Prix

23

Date

10/11/2020

Format

Livre

Isbn/Ean

9782368760512

Description

C’est quand on michetonne sans états d’âme pour se faire bien voir, qu’au tripot, l’honneur maraude sur ses terres vendues.

C’est « blackjack » au casino virtuel, soupe populaire et mendicité intellectuelle, quand on a sa tirelire gagnée aux faveurs des plus bas attributs.

Ah, culturelle maquerelle, la belle fesse.

On s’engouffre alors vainqueur dans les illusions, et on prend tous les crédits gratuits pour argent comptant. C’est fringant.

On s’active à la planche à billets pour faire inflation des belles idées, pur jus citrons pressés jusqu’à peau d’zob, que j’t’enrobe.

On verse alors son obole pour pas avoir l’air con, à qui gagne à la turlute, c’est champion.

En attendant, c’est parade réservée à tous les talents racolés, monstres sans têtes et tas d’fions à l’unisson.

Une ambiance gang bang à la foire organisée. C’est la queue pour la levée aux drapeaux, à la grande kermesse des tarlouzes pour le flouze.

Allez. Je t’ai assez ramoné avec ma sauvage monture. Revenons à nos moins triviales moutures.

Je n’aurai jamais ma place en ce monde. J’ai choisi le camp du mal. Enfin tel qu’il nous est décrit. Et je m’y tiens, pour la vie.

Je fais vœu et serment. C’est une abnégation, un sacerdoce.

Avec ma serpe le gui cueilli, je confesse mon renoncement au banquet des glands.

 

Maxime Delettre est un écrivain identitaire, au style littéraire alternatif reliant deux mondes. L’un fait de prose poétique en ses propres échappées, en concubinage avec une verve plus musclée, pour illustrer un monde à la merci et sous l’emprise de l’homme, en ses travers, manifesté.

 

Du même auteur,
chez le même éditeur

L’apôtre du néant

Pour que la vie continue, l’inconnu

Embarcadère pour un océan