L’Auberge Rouge de Peyrebeille

25,00

Le coupe-gorge : Si tristement célèbre dans les annales du crime par vingt-six ans ans de vols et d’assassinats…

Au XIXe siècle, les époux Pierre et Marie Martin, d’anciens fermiers devenus propriétaires et tenanciers de l’auberge de Peyrebeille, détroussent, avec la complicité de leur domestique Jean Rochette, surnommé « Fétiche », et de leur neveu André Martin, les voyageurs solitaires qui font halte dans leur établissement. La presse donna différents surnoms à « l’auberge de Pierre Martin », tels que « l’auberge rouge », « l’auberge sanglante », « l’ossuaire » ou encore le « coupe-gorge »… Le présent ouvrage, certainement le plus connu des livres de Paul d’Albigny, au-delà de son aspect historique, traduit une connaissance certaine du pays, de ses habitants et de ses mœurs.

Description

Le coupe-gorge
Si tristement célèbre dans les annales du crime par vingt-six ans ans de vols et d’assassinats…

Au XIXe siècle, les époux Pierre et Marie Martin, d’anciens fermiers devenus propriétaires et tenanciers de l’auberge de Peyrebeille, détroussent, avec la complicité de leur domestique Jean Rochette, surnommé « Fétiche », et de leur neveu André Martin, les voyageurs solitaires qui font halte dans leur établissement.

La presse donna différents surnoms à « l’auberge de Pierre Martin », tels que « l’auberge rouge », « l’auberge sanglante », « l’ossuaire » ou encore le « coupe-gorge ». L’affaire débuta le 26 octobre 1831 lorsqu’on découvrit le cadavre d’un homme, le crâne fracassé et l’un des genoux broyé, sur les berges de l’Allier, à dix kilomètres de l’auberge… Le présent ouvrage, certainement le plus connu des livres de Paul d’Albigny, au-delà de son aspect historique, traduit une connaissance certaine du pays, de ses habitants et de ses mœurs.

Soucieux de vérité, l’auteur intègre aux évènements la vie quotidienne des Ardéchois de cette contrée, soumis aux impératifs géographiques et aux aléas météorologiques.

Il décrit les divers personnages de cette tragique histoire dans leur dimension non seulement physique, mais également psychologique, permettant au lecteur de comprendre les raisons pour lesquelles des crimes et des agressions ont pu se perpétuer impunément prendant de si longues années, jusqu’à ce que la justice passe et que la vie continue.

Paul D’Albigny (1831-1912) a été directeur de l’Imprimerie Centrale de l’Ardèche à Privas. Il a été également journaliste et historien. Ses deux dernières activités se développent autour de l’Ardèche, ses infrastructures économiques et médicales, son histoire.

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Les crimes de nos régions

Pages

242