Dictateurs de l’entre-deux guerres

Henri Béraud

25,00

Préface de Francis Bergeron.

Les dictateurs décrits par Henri Béraud étaient ses contemporains. Grand reporter, il avait pu rencontrer tous ces hommes qui ont laissé une trace dans l’Histoire : Benito Mussolini, Primo de Rivera (le père de José Antonio), Monseigneur Seipel, le régent Horty, Thomas Masaryk, Edouard Benes, Pilsudski, Mustapha Kemal. Un panorama exhaustif, riche en couleurs, des hommes d’État qui dirigent les pays dont le régime de gouvernement est fort.

Disponible – En stock


Partager

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Documents pour l'Histoire

Pages

188

Prix

25

Date

10/12/2020

Format

Livre

Isbn/Ean

9782360061297

Description

Préface de Francis Bergeron.

(La première édition de ce livre est parue en 1933 sous le titre Dictateurs d’aujourd’hui).

Les dictateurs décrits par Henri Béraud étaient ses contemporains. Grand reporter, il avait pu rencontrer tous ces hommes qui ont laissé une trace dans l’Histoire : Benito Mussolini, Primo de Rivera (le père de José Antonio), Monseigneur Seipel, le régent Horty, Thomas Masaryk, Edouard Benes, Pilsudski, Mustapha Kemal.

À la date de parution de l’ouvrage, il manque le dictateur qui domine tous les autres, par l’importance de sa zone d’action comme par la férocité de son règne : le tyran rouge Joseph Staline. Béraud ne l’a pas rencontré lors de son séjour au pays des soviets, en 1925. Et après la publication de ses 31 reportages dans Le Journal, et surtout après leur publication en livre, la même année, il ne prendra évidemment pas le risque de retourner en URSS pour tenter de rencontrer le bourreau de son propre peuple, au risque de disparaitre lui-même mystérieusement, comme d’autres pendant cette période.

Quant à Adolf Hitler, il vient tout juste d’accéder au Pouvoir (janvier 1933) et il n’a pas encore eu le temps de démontrer son « savoir-faire » de dictateur omnipotent.

Mais il est vrai que tous les dictateurs rencontrés par Béraud, et décrits dans ce livre, vont bientôt paraître des modérés, des hommes « de consensus et de dialogue constructif et valable, dans le pluralisme des idées » (pour parler comme un curé progressiste des années 1960), comparés au Petit Père des peuples soviétique et au Führer du IIIe Reich.

Pour qui connait Béraud, la foule, le peuple, la nation en armes, passent avant les grands hommes.

La première vertu de cet ouvrage est de nous dresser les portraits de ces hommes, même s’il s’agit d’esquisses, de photos rapides, et de mots notés lors de conversations à bâton rompu, pas de biographies ou de portraits en pied.

C’est ce qui fait le charme de ses reportages et permet de les relire près d’un siècle plus tard avec plaisir.

Un panorama exhaustif, riche en couleurs, des hommes d’État qui dirigent les pays dont le régime de gouvernement est fort.

 

Henri Béraud (1885-1958) a été Grand reporter au sein des rédactions des plus grands titres de son époque, comme L’Œuvre, Le Petit Journal, Le Journal, Gringoire pour lesquels il parcourt l’Europe et le monde. Rassasié de voyages, et profitant de la tribune que lui offre, à partir de 1934, l’hebdomadaire Gringoire, il va laisser libre cours à sa verve, multipliant les interpellations flamboyantes et les formules choc.

Du même auteur,
chez le même éditeur

La croisade des longues figures
Dictateurs de l’entre-deux guerres