La croisade des longues figures

27,00

La croisade des longues figures (suivi de) Faut-il réduire l’Angleterre en esclavage ? (suivi de) Les Raisons d’un silence (préface de Francis Bergeron, Président de l’Association des Amis d’Henri Béraud).

Les trois grands pamphlets d’Henri Béraud que beaucoup cherchaient à se procurer sans succès ont été écrits à une époque où la chappe de plomb du « politiquement correct » n’étouffait pas les grands auteurs ; ces textes sont désormais des bouffées d’air salvatrices… forcément !

Disponible – En stock

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Patrimoine des héritages

Pages

222

Prix

27

Date

30/04/2019

Format

Livre

Isbn/Ean

9782353744268

Description

La croisade des longues figures (suivi de) Faut-il réduire l’Angleterre en esclavage ? (suivi de) Les Raisons d’un silence

Préface de Francis Bergeron, Président de l’Association des Amis d’Henri Béraud

Comment devient-on polémiste ? En fait, tous ses contemporains, tous ses amis, ont répondu à cette question : Henri Béraud n’est pas devenu polémiste : c’était son tempérament d’origine, il avait la polémique dans le sang.

Quand il publie La croisade des longues figures, le premier de ses pamphlets (1924), Béraud ne se situe nullement sur le terrain politique ou sur celui, plus large, de la confrontation des idées. C’est une polémique interne au monde de l’édition, au monde des écrivains. Béraud oppose les écrivains verbeux et cérébraux, aux auteurs populistes, qui racontent de vraies histoires, et qui sont lus. Cette polémique-là ne doit rien aux grands débats existentiels du moment.

Les deux autres pamphlets du présent recueil ont un caractère plus politique. Faut-il réduire l’Angleterre en esclavage ? s’en prend à la perfide Albion. Mais ne nous y trompons pas : ce texte date de 1935 et pas de l’Occupation. Quant aux Raisons d’un silence (1944), c’est un ouvrage qui règle ses comptes avec Horace de Carbuccia, le patron de Gringoire auquel Béraud reproche son retournement de veste, alors qu’une victoire anglo-américaine semble devenir possible.

« Les trois grands pamphlets d’Henri Béraud que beaucoup cherchaient à se procurer sans succès ont été écrits à une époque où la chappe de plomb du « politiquement correct » n’étouffait pas les grands auteurs ; ces textes sont désormais des bouffées d’air salvatrices… forcément ! » (Évelyne Cotinet).

Henri Béraud (1885-1958) a été Grand reporter au sein des rédactions des plus grands titres de son époque, comme L’Œuvre, Le Petit Journal, Le Journal, Gringoire pour lesquels il parcourt l’Europe et le monde. Rassasié de voyages, et profitant de la tribune que lui offre, à partir de 1934, l’hebdomadaire Gringoire, il va laisser libre cours à sa verve, multipliant les interpellations flamboyantes et les formules choc.