Mers-el-Kébir-Pearl Harbor : deux poids, deux mesures

33,00

Pourquoi d’un côté de glorieux martyrs sans cesse honorés et de l’autre des morts honteux ? La France de la IIe Guerre mondiale comptait environ quarante millions d’habitants, contre cent cinquante pour les USA, aussi le massacre de Mers-el-Kébir a en proportion été deux fois plus importante que celui de Pearl Harbor.

Description

Le 7 décembre 1941 la marine impériale japonaise agressait sans préa­vis l’US-Navy dans la rade de Pearl Harbor, aux îles Hawaï, pro­voquant la mort de 2 476 Américains. Le président Roosevelt dénonça aussitôt ce « Jour de l’In­fa­mie », qui depuis n’a cessé d’être rappelé ad nauseam, et couronné pour son 60e anniversaire par un film à grand spectacle dont même le public français a pu pro­fiter.

Le 3 juillet 1940, la Royal-Navy agressait après un bref ultimatum la Marine nationale dans la rade de Mers-el-Kébir, département d’Oran, provoquant la mort de 1 277 Français. L’émotion fut sur le moment considérable, d’aucuns demandant même l’entrée en guerre contre le Royaume-Uni, ce que le Maréchal Pétain, dernier Prési­dent du Conseil de la IIIe République, se refusa. Depuis, qui a entendu parler de commémorations de ce mas­sacre ?

Au contraire, le cimetière où reposent les corps des marins français, après avoir été abandonné aux profanateurs, a été discrètement rénové, mais en ôtant les croix des tombes pour ne pas pro­vo­quer l’actuelle République algérienne et sa population de con­­­fessions autres que catholique. Pour­tant, la plupart des victimes sont originaires de la Bretagne, dont la piété était alors notoire.Et la France de la IIe Guerre mondiale comptait en­vi­ron quarante millions d’habitants, contre cent cinquante pour les États-Unis, ce qui permet de dire que le massacre de Mers-el-Kébir a en proportion été deux fois plus important que celui de Pearl Harbor.

Par ailleurs, si l’un des deux gouvernements cherchait un casus belli qu’il a même provoqué, l’autre s’est efforcé d’éviter le drame jusqu’à la limite des concessions permises par l’honneur national.

Pourquoi y a-t-il encore de nos jours d’un côté de glorieux martyrs sans cesse honorés, et de l’autre des morts honteux que l’on s’efforce d’oublier ?

 

Louis-Christian Gautier, diplômé en histoire médiévale et de l’Enseignement Militaire Supérieur Scientifique et Technique (option histoire), a été rédacteur et conseiller éditorial de la revue Aventures de l’Histoire. Il est l’auteur de plusieurs livres sur les Templiers et la IIe Guerre mondiale.

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Vérités pour l'Histoire

Pages

350

Prix

33

Date

10/06/2008

Format

Livre

Isbn/Ean

9782353740833